Chansons

[Live report] Mesparrow au Café de la Danse : pop folk hypnotique et sincère

[Live report] Mesparrow au Café de la Danse : pop folk hypnotique et sincère

15 mai 2013 | PAR Bastien Stisi

Mesparrow - Keep This Moment AliveOn l’avait découvert avec la sortie d’un premier album, Keep This Moment Alive, impressionnant de maîtrise technique et vocale et profondément réjouissant. Déjà aperçue au mois de mars dernier à l’occasion d’un concert au Divan du Monde pour le festival des Femmes s’en Mêlent, la femme orchestre Mesparrow était de retour hier soir dans la capitale parisienne pour un concert au Café de la Danse. On s’est assis sur le sol en compagnie d’un large public, on a tendu sagement l’oreille, on a voltigé avec la douceur et la force de cet oiseau rare de la scène pop folk française. Cui, cui.

Il y eu d’abord la française Jeanne Added, accompagnée d’une guitare, d’une voix éclatante et susurrante et d’une comparse au clavier et au tambourin, porteuse délicate et talentueuse d’une folk pure et minimaliste. Si personne ne se lève dans la salle et que tous demeurent assis dans les tribunes ou dans la fosse durant l’intégralité de la trentaine de minutes de concert proposées par l’artiste, personne ne manquera toutefois d’applaudir avec chaleur une performance jolie et sincère aux allures de mise en bouche pensée et idéale.

Si quelques-uns se lèvent tout de même entre les deux productions afin d’aller s’emplir le gosier avec les éternelles pintes de bière qui les attendent à l’étage dans le bar surélevé du Café de la Danse, le public ne se redressera pas pour autant lorsque se dessinera sur scène la silhouette de Mesparrow malgré l’acclamation véritable qui retentit à cet instant. Ce public s’appliquera cependant à savourer, le corps au repos mais les sens en ébullition, la pop-folk toujours délicate, jamais soporifique, d’une femme orchestre décidément plus influencée, contrairement à ce que pourrait évoquer son nom, par les exubérances sonores d’une Camille ou de Cocoon que par la vocalité ancestrale de la Môme Piaf.

Seule  sur scène, avec pour unique compagnie une guitare, un piano et une pédale loop faisant circuler avec récurrence les échos de sa voix samplée, Mesparrow accumule les productions de folk mélancolique, alternativement teintées de jazz, de gospel ou même de pop, toujours accompagnées par une voix parfois aiguë, parfois, grave, toujours stupéfiante de puissance hypnotique et régénératrice.

Sur l’excellent tube « New Bored Generation », la chanteuse invitera le Café de la Danse à se lever. Instant délicieux et salvateur. Tout heureux de pouvoir enfin détendre ses jambes et de pouvoir voir de plus près cet oiseau magnifique de charisme et de modestie, le public terminera alors le concert en claquant des doigts, en remuant doucement la tête, et se verra offrir en guise de récompense terminale une reprise très folk du mythique et sensuel « Stand By Me » de Ben E. King. Douces et précieuses envolées, folk complexifié et érudit d’une immense qualité.

Visuel : © Keep This Moment Alive de Mesparrow

No longer Heroine T1
[Chronique] « Monomania », nouvel album de Deerhunter : trouver la lumière dans la décharge
Bastien Stisi
Journaliste musique. Contact : [email protected] / www.twitter.com/BastienStisi

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *