Actu
Les vernissages de la semaine du 11 janvier

Les vernissages de la semaine du 11 janvier

14 janvier 2021 | PAR Lise Ripoche

Cette semaine, l’art vibre sur une large palette d’émotions: de l’inquiétude à la contemplation et de l’angoisse à la joyeuse bouffonnerie, il y en a pour tous les états-d’âmes. 

Esprits vagabonds à la Galerie Claire Corcia

En collaboration avec L’oeil de la femme à Barbe et la Galerie Polysémie, la Galerie Claire Corcia présente une sélection d’oeuvres mystiques. La naïveté du trait laisse parfois naître des formes monstrueuses. Celles-ci ressurgissent tout droit de la culture vodoo haïtienne dans lequel puisent les artistes. En regard de ces oeuvres, la Galerie propose une rétrospective du travail de Barbara d’Antuono, qui coud de larges fresques carnavalesques: un univers au chaos dispendieux et ensorcelant. 

Quand: du 14 janvier au 27 février

Où: à la Galerie Claire Corcia, 323 Rue Saint-Martin, 75003 Paris

 

Bouphonie au 6b

L’exposition « Bouphonie » s’annonce pouffante. On nous promet, pêle-mêle, « les parades domestiques, les vestiges et reliques de comédies sacrées, peut-être même dépasser la mort et faire revivre quelques bœufs fantomatiques « . Une exposition facétieuse, organisée en 3 actes et un épilogue, qui met en dialogue une vingtaine d’artistes, tous médiums confondus. Une mise à l’honneur de l’art de la farce, au ton volontairement désinvolte et décalé, ne reculant devant aucun jeu de mots, bref une plongée en absurdie réjouissante. 

Quand: du 16 au 28 janvier

Où: 6b, 6-10 quai de Seine à Saint-Denis

 

Aphélie, toutes les étoiles sont déjà mortes au Ygrec

Ygrec, le centre d’art de l’Ecole Nationale Supérieure d’Arts de Cergy-Pontoise (ENSAP), propose une exposition mettant en avant les termes d’un rapport inquiet de l’homme au monde. S’inspirant d’un texte de Pier Paolo Pasolini sur les lucioles, images d’une faible résistance lumineuse dans un monde engloutit par les ténèbres, le curateur Hugo Bausch Belbachir a pensé l’exposition comme une sorte de lueur, un refuge. Ce postulat métaphorique permet d’envisager autrement les divers bouleversements et dérèglements que peut subir notre époque. L’exposition nous transporte dès lors dans un monde parallèle, habité des oeuvres d’ Azzeazy, de la communauté béta et de Kévin Blinderman. 

Quand: du 16 au 30 janvier

Où:Ygrec, 29-31 Rue Henri Barbusse 93300 Aubervilliers

Odore, l’art, l’odeur et le sacré à la Galerie Pauline Pavec

La commissaire d’exposition Sandra Barré présente Odore, l’art, l’odeur et le sacré, autour du sens probablement le plus délaissé des arts et donc le plus riche de potentialité pour l’art à venir : l’odorat. Du moins c’est ce que l’on pensait avant que la Galerie Pauline Pavec ne prenne la décision de montrer les antécédents illustres de cet art des effluves et des émanations, à travers des oeuvres de Marcel Duchamp , Mathieu Mercier,  Joseph Beuys et ORLAN pour ne citer que les plus célèbres parmi la quinzaine d’artistes exposés. Les artistes contemporains grimés en magiciens et en alchimistes jouent avec l’aura sacré de l’art pour offrir des oeuvres comme des évocations, voire des invocations. 

Quand: du 13 janvier au 20 février

Où: Galerie Pauline Pavec, 45 Rue Meslay, 75003 Paris

 

Thomas Ott à la Galerie Martel

Thomas Ott, dessinateur de bande-dessinée à l’univers sombre, mettant au jour des figures oniriques à la pointe de cutter sur des cartes à gratter, n’en est pas à sa première exposition à la Galerie Martel. Une collaboration toujours fructueuse qui donne le jour cette année à la présentation de ses travaux récents, composant une oeuvre auto-réflexive. 25 planches originales issues de la bande-dessinée La Forêt ont été éditées en grand format, laissant ainsi le regard du spectateur pris dans les méandres angoissants de son art cryptique. 

Quand: du 14 janvier au 21 février

Où: Galerie Martel, 17 rue Martel 75010 Paris

 

crédit visuel: « Il est toujours temps » Barbara d’Antuono ©Galerie Claire Corcia

Le Musée des tissus de Lyon engage sa mue sous la direction de Rudy Ricciotti
« Lupin » : un succès mérité pour la nouvelle série Netflix
Lise Ripoche

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture