Théâtre

Affabulazione de Pier Paolo Pasolini mis en scène par Lucas Bonnifait

Affabulazione de Pier Paolo Pasolini mis en scène par Lucas Bonnifait

08 novembre 2014 | PAR Camille Lucile Clerchon

Avec Affabulazione, Lucas Bonnifait s’attaque à l’écriture ardente et ardue de Pier Paolo Pasolini. Il s’entoure d’une belle distribution de comédiens, habitués du Théâtre La Loge qu’il co-dirige : Ava Hervier, Thomas Matalou et Raouf Raïs notamment.

[rating=4]

Pier Paolo Pasolini écrit Affabulazione en 1973 : autour du thème oedipien de la relation père-fils viennent se nouer de multiples digressions, tout autant que le sujet semble s’enrouler autour de lui même, auréolé de son Mystère irrésoluble.

Au sein d’une famille, italienne, bourgeoise, un père entre en «affabulation», livrant sur la scène les méandres les plus caustiques de son inconscient, allant de crise d’autorité, en convalescence plaintive en passant par le délire fiévreux. Plus prosaïquement, le trouble que cause en lui la relation entre son rejeton et une jeune fille est carabiné.

Malgré une scénographie en trois dimensions, c’est un dispositif franchement frontal qui se met en place. Les personnages : le fils, la mère, la petite amie du fils, le curé et le commissaire n’ont d’interaction qu’autour ou avec le père, et c’est un ensemble presque choral qui accueille, supporte, et finalement sublime la délitescence d’un père dont la déchéance est à la fois tragique et dérisoire.

C’est donc un rôle doublement paternel, le père, joué par Jean-Claude Bonnifait, père du metteur en scène, qui est ici porté aux nues dans un mouvement paradoxal de déchéance. Dans cet Oedipe inversé, trituré, autopsié, la figure du père reste celle qui s’impose.

Le travail de plateau ne réserve que peu de surprise et si sa sobriété, quoique toute relative, permet certes de donner corps à la radicalité de l’écriture de Pasolini, il manque un peu d’éclat. La pièce fera sans doute le bonheur des inconditionnels de Pasolini et des amoureux du théâtre de texte.

Affabulazione de Pier Paolo Pasolini, Mise en scène : Lucas Bonnifait assisté de Moïra Dalant, Avec : Jean-Claude Bonnifait, Pauline Chevillier, Ava Hervier, Antoine Louvard, Thomas Matalou, Raouf Raïs. Jusqu’au 8 novembre au Théâtre de Vanves. Les 20 et 21 janvier 2015 au Théâtre les Tanneurs à Bruxelles (Belgique).

Infos pratiques

Comédie Framboise
Compagnie l’Héliotrope
theatre_de_vanves

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *