Livres

Un animateur télé à la tête du Goncourt : Bernard Pivot succède à Edmonde Charles-Roux

Un animateur télé à la tête du Goncourt : Bernard Pivot succède à Edmonde Charles-Roux

09 janvier 2014 | PAR Céline Duverne

FRANCE-LITTERATURE-PIVOT

Après douze ans de présidence, la romancière Edmonde Charles-Roux rend le flambeau. A sa suite et contre toute attente, c’est un présentateur de télévision qui reprend les rênes de l’auguste cénacle.

L’élection de Bernard Pivot en 2005 marquait déjà un tournant : pour la première fois, un non-écrivain rejoignait les rangs de l’éminente Académie. Son influence dans l’univers de la critique littéraire justifiait cette exception. Le 7 janvier dernier, sa nomination à la présidence marque une nouvelle étape : à travers ce choix, Edmonde Charles-Roux réitère cet hommage à une approche ouverte et conviviale – bien qu’exigeante – de la littérature. « Peut-on rêver mieux ? […] Bernard Pivot est un personnage d’une telle rareté, qui a tant fait pour la littérature. Nous n’aurons jamais assez de temps pour le remercier », précise la romancière dans une lettre publiée par le Figaro.

Dans l’horizon littéraire et télévisuel, Bernard Pivot est une star. Récemment intégré au Petit Larousse, il est unanimement reconnu pour son amour de la langue française, dont témoignent ses illustres – et redoutables – dictées annuelles. Journaliste de formation, il doit surtout sa notoriété à des émissions culturelles de renom. C’est avec « Ouvrez les guillemets » qu’il entre dans la danse en 1973, avant de lancer deux ans plus tard l’émission « Apostrophes ». « Bouillon de culture » lui succède en 1991 et « Double je » vient clore ce palmarès en 2002. Homme de communication, partie prenante de la modernité informatique, Bernard Pivot rythme les réseaux sociaux par ses nombreux Tweets. Ces interventions ont d’ailleurs fait l’objet d’un ouvrage publié l’an passé, Les Tweets sont des chats.

Edmonde Charles-Roux demeure, quant à elle, un membre permanent de l’Académie Goncourt, à l’instar de son prédécesseur François Nourissier. Chaque année depuis 1903, les dix membres du prestigieux cénacle se réunissent autour d’un déjeuner au restaurant Drouant pour décerner le célèbre prix Goncourt. En novembre dernier, il fut attribué à l’écrivain Pierre Lemaitre pour son roman Au revoir là-haut.

Visuel : © capture d’écran sur le compte Tweeter de Bernard Pivot.

Einstein on the beach, l’Einstein-machine de Philip Glass et Robert Wilson
Deux chefs-d’œuvre de Matisse enrichissent les prestigieuses collections du Centre Pompidou
Céline Duverne

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *