Jeunesse
Hulul d’Arnold Lobel

Hulul d’Arnold Lobel

23 juin 2012 | PAR Sandrine et Igor Weislinger

Texte et illustrations d’Arnold Lobel, traduit de l’anglais par Geneviève Brisac

Hulul est un paisible hibou qui vit une existence douillette. Seuls de menus petits soucis viennent contrarier sa routine: une visite de l’hiver en personne, des bosses mystérieuses sous sa couverture, penser à des choses tristes pour faire du thé aux larmes, courir d’un étage à l’autre pour tenter d’être partout à la fois ou encore se lier d’amitié avec la lune. L’exemple type d’une personne qui n’ayant pas de soucis se crée de petites occupations pour se distraire. Cinq petites aventures amusantes que les enfants peuvent lire d’affilée ou une chaque soir avec ou sans aide.


Arnold Lobel était un auteur américain très réputé dans le domaine de la littérature enfantine. Il est hélas décédé en 1987 laissant derrière lui une œuvre riche et variée dont les personnages principaux sont le plus souvent des animaux: Ranelot et Bufolet, l’histoire d’un crapaud et d’une grenouille, La soupe à la souris, Oncle Elephant, la série Porculus…Un certain nombre de ses ouvrages, dont les titres cités précédemment, ont déjà fait l’objet d’une publication à l’Ecole des Loisirs. Ces livres sont d’une très grande qualité, les textes sont amusants et originaux, les illustrations très belles constituent de véritables petits tableaux aussi raffinés par exemple que ceux de Beatrix Potter. Il y a du reste des illustrations dans chaque double page de ce livre, de taille et de forme variées, elles sont chaque fois une bonne surprise. Dès la première image, nous sommes projetés dans le monde d’Hulul le hibou avant même d’avoir commencé à lire le texte: nous envions sa quiétude et son confort et nous nous imaginons très bien à sa place au coin du feu.

Les mésaventures du hibou sont insolites et teintées d’humour en particulier lorsqu’il fait l’inventaire des choses qu’il trouve tristes et qui le font pleurer, ces choses nous semblent dérisoires mais en même temps, il fallait y penser. L’aventure de Hulul qui veut se trouver à la fois au premier étage et au rez-de-chaussée de sa maison pour être sûr que tout va bien partout chez lui est une excellente manière d’expliquer aux enfants ce qu’est le don d’ubiquité. Quand au fait de s’adresser à la lune et de lui adresser des propriétés particulières, elle met de manière comique les enfants en garde contre la naïveté et le fait de se fier aux seules apparences. Un petit bijou à découvrir et redécouvrir.

 

 

On ne tue pas les gens: Alain Defossé passe du fait divers au roman noir
Jour de lessive de Frédéric Stehr
Sandrine et Igor Weislinger

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture