Essais
« Vino Business » par Isabelle Saporta

« Vino Business » par Isabelle Saporta

27 mars 2014 | PAR Jean-Paul Fourmont

Isabelle Saporta journaliste, chroniqueuse à europe1 publie une enquête sur le vin.

[rating=4]

Isabelle Saporta, Vino business, éditions Albin MichelCE QU’ON NE NOUS A JAMAIS DIT SUR NOS VINS
L’argent est roi, et les chinois ont fait flamber le prix des terres.
Cette bulle foncière s’est doublée d’une bulle spéculative sur les vins.
Des grands crus inaccessibles aux français sur des terroirs que les petits vignerons ne peuvent plus conserver.
Un hectare peut valoir 3 millions d’euros et on peut faire déclasser les terres du voisin si on est riche et puissant.

LE MYSTERE DES CLASSEMENTS BORDELAIS
Le premier grand cru classé à 200 euros.
Ce n’est pas une assurance de bon goût car le goût du vin n’intervient que pour trente pour cent de la note.
Le reste, les places de parking, la salle de séminaire, le prestige de votre architecte, les prestations de l’hôtesse d’accueil.
INAO (institut national de l’origine et de la qualité).
INAO, c’est le gendarme en carton pâte qui est chargé de veiller au bon respect de l’intérêt général et de la défense du terroir.
En fait cet organisme « est aux mains des prédateurs locaux», et pratique une politique à géométrie variable et se débarrasse « des petits vignerons récalcitrants».

LES PESTICIDES
On exige du pain ou des fruits qu’il indique s’il y a des pesticides.
Pour le vin il n’y a pas cette obligation.
Le viticulteur utilise vingt pour cent de produits phytosanitaires.
La France est le premier pays consommateur de produits phytosanitaires.

Ce livre fait le tour des problèmes de la filière du vin.
On reste pantois ; mais c’est très français (tribunal de commerce), les viticulteurs se contrôlent eux –mêmes.
L’influence néfaste de l’argent pose question.
Le lobby du vin a encore de beaux jours devant lui.

Isabelle Saporta, Vino business, éditions Albin Michel, mars 2014, 249 pages 19 euros.

visuel : couverture du livre

Beignes nordiques éblouissantes pour public punching-ball
Paradoxe : et si les néo réac’ étaient avant-gardistes ?
Jean-Paul Fourmont
Jean-Paul Fourmont est avocat (DEA de droit des affaires). Il se passionne pour la culture, les livres, les gens et l'humanité. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *