Essais

« Prendre le temps », les amis d’Azzedine Alaïa pensent l’accélération et la création chez Actes Sud

« Prendre le temps », les amis d’Azzedine Alaïa pensent l’accélération et la création chez Actes Sud

04 avril 2020 | PAR Yaël Hirsch

Coordonnées par le maître et Donatien Grau, les conversations organisées par le regretté Azzedine Alaïa, disparu en 2017 (lire notre article) avec ses amis, au cœur des années 2010 sont articulées sur le temps et se compilent en un livre où la création tous azimuts réfléchit aux minutes qui passent, nous portent et nous emportent. Un livre VIP et jamais nostalgique.

« Dans les livres d’artiste, il y a toujours une réponse à quelque artiste. Tout cela est une entreprise d’amitié, une espèce de constitution d’une société harmonieuse à l’intérieur de la nôtre qui ne l’est pas. C’est un idéal au présent« . Michel Butor.

Après une préface de Naomi Campbell, l’idée d’origine et simple : organiser une douzaine de dîner où un ami du grand couturier « intemporel » invite un ami, connu ou non d’Akaïa, mais muse, auteur, philosophe ou plasticien, toujours créateur. Avec un thème sur lequel plancher : le temps. Alaïa et Donatien Grau sont présent, pour poser les questions et tirer les conclusion. Alors qu’Alaïa nous prévient avant d’entrer dans le vif du sujet que « Dans chaque domaine, il y a des créateurs. Et ces créateurs, quel que soit leur domaine, se confrontent aux mêmes problèmes. J’ai voulu les faire parler ensemble, de leur vie, de leur art et de leur rapport au temps, pour qu’ils puissent partager leur expérience et que nous puissions ensemble tirer un signal d’alarme face à ce temps qui s’affole et qui nous emprisonne dans notre création », il réunit deux par deux des profils très divers.

Les architectes Claude Parent et Jean Nouvel parlent de l’institutionnalisation avec et sans le temps, l’écrivain Maël Renouard et le plasticien Christoph von Weyhe de manque, de l’image ou la seconde qu’on refuse d’immortaliser et qui donne sens à l’oeuvre, la chorégraphe Blanca Li et la comédienne Rossy de Palma de l’empilement des temps sur le corps, et l’égérie des années 1950, Bettina, marche dans les pas de deux grandes dames qui ont marqué Alaïa : Arletty et Louise de Wilmorin. Autre femme mythique, Isabelle Huppert vient exprimer la lenteur et la froideur nécessaire à la création de Bob Wilson, les auteurs et professeurs en suisse Michel Butor et Tristan Garcia parlent de durée. Et des figures aussi diverses que l’artiste Julian Schnabel avec le scénariste Jean-Claude Carrière ou les designers Jonathan Ives et Marc Newson, Marc Newson parlent de leur travail, de leur concentration en temps, tandis que le ténor Vittorio Grigolo le rapporte à la musique. Et le poète Adonis discute avec le philosophe et cinéaste Alejandro Jodorowsky pour faire le lien entre temps, poésie et liberté. Enfin Charlotte Rampling clôt avec Olivier Saillard un cycle qui est repassé par la mode et sa paradoxale atemporalité dans un dialogue entre la créatrice du concept store 10 Corso Como, Carla Sozzani et le philosophe Emmanuele Coccia. Un panel riche, qui montre surtout qu’aussi créatifs soient-ils, les artistes et les penseurs, de 30 à 95 ans semblent aussi secoués que le commun des mortels par l’accélération de nos vies et par le temps qui nous saisit dans son mouvement inexorable…

Azzedine Alaïa, Donatien Grau, Prendre le temps, Actes Sud, Hors collection, 240p., Mars 2020. 25 euros.
Visuel : couverture du livre.

Des pièces radiophoniques produites en ces temps de confinement
« Dos au mur », la série danoise merveilleusement construite de Arte
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *