Essais

« La mère de toutes les questions », l’analyse du silence par de Rebecca Solnit

« La mère de toutes les questions », l’analyse du silence par de Rebecca Solnit

21 avril 2019 | PAR Marine Stisi

Les Editions de l’Olivier publient un nouvel ouvrage de Rebecca Solnit dans leur Collection Les Feux. Après Ces hommes qui m’expliquent la vie paru l’année dernière, c’est au tour de La mère de toutes les questions de se voir traduit en français (trad : Céline Leroy), un ouvrage poignant et éclairant sur le silence des femmes dans l’histoire.

Avec la publication de son article Ces hommes qui m’expliquent la vie, la journaliste et essayiste américaine Rebecca Solnit théorisait la notion capitale de mansplaning, cette manière qu’ont certains hommes de donner aux femmes leur avis, quand bien même ils n’en seraient pas légitime. En 2018, les Editions de l’Olivier inauguraient leur nouvelle collection, Les Feux, avec cet ouvrage de référence jusqu’alors inédit en France.

Depuis le 18 avril 2019, il est désormais possible de découvrir un autre écrit de Rebecca Solnit paru aux Feux, La Mère de toutes les questions, un nouveau livre de référence de l’intellectuelle américaine aussi éclairant et juste que son prédécesseur.

Au cœur de cet ouvrage, le silence imposé aux femmes, celui imposé par le traitement judiciaire des femmes battues ou violées, par les institutions religieuses, par les politiques, par les médias. Le silence, écrit l’autrice, ce n’est pas simplement le fait de ne pas pouvoir parler. C’est aussi toute la construction de cette parole qui n’est jamais n’écoutée ou sans cesse mise en doute, de cette place qui n’est jamais laissée. Tous ces silences que, ces dernières années, certaines femmes tentent ou ont réussi à briser, au péril de leur carrière ou certaines, de leur vie (prenons l’exemple parlant du nombre de femmes assassinées par leur compagnon quand elles décident de quitter le foyer, de se faire entendre). Rebecca Solnit revient aussi sur l’ère #MeToo, sur ce qui a suivi, sur cette langue déliée et la vérité enfin écoutée. Et l’espoir, peut-être, que cela soit le début d’une ère nouvelle.

A l’aide de plusieurs articles parus à différents moments, sur différents sujets (les meurtres misogynes aux Etats-Unis, la littérature et l’exemple de Lolita de Nabokov), Rebecca Solnit dresse un tableau de l’histoire des femmes à travers le prisme du silence. Un essai important, encore une fois.

Rebecca Solnit, La mère de toutes les questions, Editions de l’Olivier, 264 pages, 18,50€.

Deux pianos, quatre voix et un enchantement romantique pour le premier soir du 23e Festival de Pâques de Deauville
Festival Ma Vigne en Musique : maître de piano et quatuor de clarinettes
Marine Stisi
30% théâtre, 30% bouquins, 30% girl power et 10% petits chatons mignons qui tombent d'une table sans jamais se faire mal. Je n'aime pas faire la cuisine, mais j'aime bien manger.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *