Cinema

<em data-lazy-src=

Vous n’avez encore rien vu: Alain Resnais hisse son testament sur planches

21 mai 2012 | PAR Yaël Hirsch

A 90 ans, le réalisateur de « Hiroshima mon amour »(1959), de « la vie est un roman »(1983) et dernièrement des « Herbes Folles » (2009, voir notre critique) est toujours dans la course. Muni de ses nombreux et fidèles acteurs fétiches (sauf Dussolier !), il adapte l’Eurydice de Jean Anouilh dans une fable décalée où il met en scène le testament d’un grand homme de théâtre. Sortie le 26 septembre 2012.

Un grand auteur dramatique, Antoine d’Anthac (Denis Podalydès) vient de mourir dans sa propriété d’un « accident de chasse ». Ce n’est qu’après l’enterrement que son majordome appelle ses vieux amis pour la lecture du testament. Parmi eux : Mathieu Amalric, Pierer Arditi, Sabine Azéma, Jean-Noël Brouté, Anne Consigny, Anny Duperey, Hippolyte Girardot, Gérard Lartigau, Michel Piccoli, Michel Robein, Jean-Chrétien Sibertin-Blanc et Lambert Wilson, chacun dans son propre rôle. Le testament est filmé et Antoine d’Anthac demande à tous ces comédiens qui l’ont jouée de juger si une version de sa pièce Eurydice par la jeune troupe de la Colombe mérite d’être montée. A mesure que cette version de la pièce (filmée par Bruno Podalydès) se déroule, les comédiens reprennent leurs rôles, doublant et parfois triplant en écho les phrases décisives de Jean Anouilh.

Mise en abyme joueuse avec un léger arrière-goût de mystère de la chambre noire, « Vous n’avez encore rien vu » est un film pétillant, mais aux ressorts théâtraux parfois un peu lassants. L’émotion ne fonctionne que grâce au jeu impliqué des formidables comédiens qui entourent Resnais et grâce au fantôme de sa disparition possible. Malgré les moments de poésie, devant cette sorte de chantage, on cesse assez vite de jouer le jeu, surtout sur un texte mythologique et existentiel d’Anouilh. Pas de palme en vue, donc, si ce n’est celle de la longévité de la création. Le film recommandé aux grands amoureux des comédiens qui l’habitent plutôt qu’aux amateurs de la légèreté d’ « On connaît la chanson ».

Vous n’avez encore rien vu, d’Alain Resnais, avec Denis Podalydès, Mathieu Amalric, Pierer Arditi, Sabine Azéma, Jean-Noël Brouté, Anne Consigny, Anny Duperey, Hippolyte Girardot, Gérard Lartigau, Michel Piccoli, Michel Robein, Jean-Chrétien Sibertin-Blanc et Lambert Wilson, France, 2012, 1h 55min. En compétition, sortie le septembre 2012.

Infos pratiques

Cannes 2012: Kiarostami part au Japon avec Like Someone in love
Pamela Hute nous parle de Bandit son nouveau EP
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

4 thoughts on “Vous n’avez encore rien vu: Alain Resnais hisse son testament sur planches”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *