Séries

La web série: entre créativité et tâtonnements économiques

26 novembre 2010 | PAR Sonia Ingrachen

On vous avait parlé le mois dernier de la websérie les voltigeurs et des difficultés d’existence de cette forme audiovisuelle.

Ces mini-séries de 3 à 5 minutes sont généralement diffusées sur la toile. Phénomène créatif en ligne, elles sont bien souvent liées aux réseaux sociaux et aux plateformes d’échanges vidéos. Professionnels et amateurs peuvent ainsi faire connaitre leur talent. La web série est une création libre et gratuite, qui est un moyen de s’exprimer avec une liberté de ton et de genre.
Ces web séries s’avèrent être souvent de très bonne qualité comme par exemple La Cuisine de Nicolas, une piquante web-série située dans les fausses cuisines de L’Elysée.
Malheureusement, ces œuvres souvent auto-produites peinent à exister durablement car elles ne sont pas lucratives. Leur avenir repose alors souvent à la Télévision comme la web-série Sanctuary qui a été rachetée par la chaine américaine Syfy US ou l’excellent Girltrash diffusé sur Showtime.

Si les web séries sont financées aux Etats-Unis par les sponsors qui ne rechignent pas à profiter de la promotion web, la France est loin de développer ces projets pourtant de qualité, exception faite de la chaine franco allemande Arte. La chaine explore les potentialités du web et de la fiction grâce à la web série Addicts. Addicts a été élaboré par Vincent Ravalec d’après un concept originel de Lydia Hervel. L’histoire s’articule autour de 4 personnages de la cité bordelaise et d’un mystérieux braquage. Non-linéaire et fragmentée les internautes sont invités à relire l’histoire selon leurs envies de clic : ils choisissent l’ordre dans lequel ils veulent visionner les épisodes (5 séquences par épisode aux angles différents), et les personnages qu’ils veulent suivre. Originale et complexe, la web série et Arte ont fait le pari de l’initiative.

En France, les chaines de télévision hésitent encore à faire confiance à ces créations car, malgré leur qualité et leur capacité à toucher un public varié, elles restent un modèle couteux et risqué en terme d’audience.


Addicts, la bande-annonce
envoyé par Addicts. – Regardez plus de courts métrages.

Eva Longoria: des tatouages encombrants
Le mois de Décembre du Forum des Images : Barbet Schroeder, le cinéma d’animation à l’honneur, ouverture du cycle la Fabrique du temps, concours Ecrans Ouverts
Sonia Ingrachen

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *