Cinema
Avec « Restituer ? », Nora Philippe propose un des documentaires les plus pertinents sur la question des restitutions.

Avec « Restituer ? », Nora Philippe propose un des documentaires les plus pertinents sur la question des restitutions.

16 janvier 2022 | PAR Chloé Coppalle

Ce mardi 11 janvier 2022, le nouveau documentaire de la réalisatrice et chercheuse Nora Philippe, Restituer ? L’Afrique en quête de ses chef-d’œuvres, était diffusé à l’Institut Français du Bénin ! Alors que le sujet reste complexe du côté de la France à cause de l’évocation de l’histoire coloniale que les restitutions impliquent, Nora Philippe fait le choix de l’évoquer sans tabous. À voir absolument.

 

Restituer ? : un documentaire à l’angle affirmé

Un des fils rouges conducteurs du documentaire est de questionner chaque argument porté contre les restitutions. Au manque de professionnels sur le continent pour gérer les collections, aux  »problèmes » de conservation que provoqueraient les retours, de nombreux acteurs du monde muséal, administratif ou juridique ont été invité à répondre, tels que Silvie Memel Kassi, directrice du Musée des Civilisations d’Abidjan, Gabin Djimassé, grande figure de l’histoire de l’art au Bénin et spécialiste d’Abomey, ou encore Hamady Bocoum, chercheur et directeur du Musée des civilisations noires de Dakar. Des interlocuteurs européens prennent également la parole, comme la directrice du musée d’ethnographie de Cologne, Nanette Jacomijn Snoep, qui dénonce la manière dont certaines œuvres sont arrivées dans leurs collections et qui questionne la place des ossements humains conservés dans les institutions occidentales. C’est peut-être cet aspect qui est nouveau dans Restituer ? L’Afrique en quête de ses chef-d’œuvres. Des acteurs européens portant ouvertement un recul critique sur l’histoire de ces collections, voire celles de leurs propres réserves.

Restituer ?, ou la recontextualisation complète d’une histoire complexe.

Au cœur de ce travail contextuel, la réalisatrice met en lien des aspects généralement peu soulevés au sein des différents documentaires soulevant le sujet des restitutions. Sont abordés les abus exercés sur les populations durant les périodes des pillages, rappelant la violence perpétrée dans le cadre de l’arrivée des objets en Occident. Ou, pour questionner l’idée selon laquelle les restitutions pourraient conduire à la disparition des œuvres sur le marché de l’art, Nora Philippe prend l’exemple des bronzes du Royaume du Bénin vendus chez Sotheby’s par les Européens eux-mêmes après la récolte, pour rembourser l’expédition punitive de 1897*,
* Le Royaume du Bénin se trouvait sur l’actuel Sud-Ouest du Nigéria. Il était établi de XIIème siècle à 1897, date à laquelle la Grande-Bretagne organise une expédition punitive contre le royaume suite au massacre du lieutenant britannique Philipps et de quelques de ses hommes. La ville de Bénin City, capitale de la royauté, est saccagée, le trésor royal volé, et le Oba (le Roi) est destitué.

Enfin, au delà d’une exploitation pertinente des archives, la réalisatrice joue avec la perception des cartes géographiques. Dans les manuels scolaires de géographies employés jusqu’à encore récemment, les cartes représentant l’Afrique étaient souvent remplies de zones jaunes, oranges et rouges pour illustrer les conflits et les difficultés existantes sur le continent. Ici, la cartographie est immaculée de tâches indiquant les zones où les objets ont été spoliés. Le motif de la tâche rappelle l’expression « faire tâche », dont souffre le récit de l’histoire coloniale en France, et la tâche de sang, qui rappelle la violence de cette histoire.

Une salle comblée

Dans la salle, le public note la qualité du propos, et voit le travail de Nora Philippe comme un outils pédagogique. Les personnes intervenant dans la discussion qui suit la projection proposent que le film soit diffusé dans les universités. Le public suggère également qu’il soit considéré comme un outils pour les acteurs travaillant sur la restitution, notamment les comités d’Abomey en charge de ses questions.

Actuellement disponible sur Arte.tv jusqu’au 25 avril 2022, le documentaire faisait l’objet de sa deuxième diffusion au Bénin, la première étant le dimanche 9 janvier pour clôturer la 5ème édition du Festival International de Porto-Novo. Le documentaire a aussi fait l’objet d’une diffusion à l’Assemblée Nationale, avant d’arriver à Porto-Novo et Cotonou.

 

Diffusion : du 27/10/2021 au 25/04/2022 sur Arte.tv.

Coproduction ARTE France, Cinétévé, avec la participation de TV5 Monde, 2021, 1h22mn avec la voix de Léonie Simaga.

 

Crédit photo : © Cinétévé

Macbeth de Joel Coen : une adaptation sans saveur de William Shakespeare
La Cerisaie de Tchekhov version Tiago Rodrigues est remarquable
Chloé Coppalle

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture