Séries
18h30 : mini-format, maxi-effet pour la série sortie de bureau d’Arte

18h30 : mini-format, maxi-effet pour la série sortie de bureau d’Arte

27 octobre 2020 | PAR Yaël Hirsch

Diffusée sur Arte fin septembre, la série 18h30 multiplie les charmes : cadre bien posé, format très court de quelques minutes, une vingtaine d’épisodes et deux acteurs en or : Pauline Etienne et Nicolas Grandhomme. Une ode à l’économie de moyen quand l’écriture est bonne. 

Un principe séduisant

18h30, c’est l’heure de la sortie de bureau dans une zone peu souriante d’Aquitaine. Nous sommes fin juin et c’est sans grande conviction que la fraîche Melissa (Pauline Etienne, rayonnante) a accepté un CDD en marketing dans une grosse boîte ronflante où les travailleurs restent des décennies. Là depuis presque si longtemps, Eric (Nicolas Grandhomme, touchant) fanfaronne un peu et se rengorge pour lui expliquer comment les choses fonctionnent. Ils réalisent qu’ils sont les derniers des mohicans à prendre le bus et parlent au long du chemin. Sauf qu’Eric multiplie les bourdes… D’abord trois jours d’affilée, puis autour des congés d’été et enfin tout au long de l’année, avec leur hauts, leurs bas et leurs moments d’absence, nous les suivrons entretenir un peu plus qu’une relation entre collègues…

Un format court et incisif

L’heure où l’on baisse le casque de l’armure pour flotter entre le professionnel et le personnel est parfaitement saisie sur le mode universel par l’écriture incisive de Maxime Chamoux et Sylvain Gouverneur. A la fois romantique et moderne, réaliste et poétique, pleine de petites piques à #meetoo, aux « affaires sensibles », magistralement incarnée et parfaitement focalisée sur ses deux personnages auxquels on s’attache, la série parvient en 22 épisodes de quelque minutes chacun à ancrer un univers et développer une vraie intrigue. Une ode au « less is more » qui nous fait un bien fou, en proposant un autre modèle pour la fiction que celui des séries qu’on mange avec boulimie depuis le confinement. Chapeau bas et longue vie à la nuance, l’humour et la fraicheur de cette jolie proposition formelle et scénique. 

18h30 de Maxime Chamoux et Sylvain Gouverneur, avec Pauline Etienne et Nicolas Grandhomme, 22Xquelques minutes, arte, à voir en ligne. 

visuel : affiche de la série (c) arte. 

 

Quatre concertos pour clavier de Bach à l’Auditorium de Radio France
Lyna Mahyem : « Mon nom ne m’appartient plus » (Interview)
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *