Classique
Quatre concertos pour clavier de Bach à l’Auditorium de Radio France

Quatre concertos pour clavier de Bach à l’Auditorium de Radio France

27 octobre 2020 | PAR Jules Bois

À l’Auditorium de Radio France du 23 au 25 octobre se tenait une série de concerts mettant à l’honneur les concertos pour clavier de Bach. Nous avons pu assister à un de ces concerts, samedi, avec une interprétation par l’ensemble Ausonia dirigé par Frédérick Haas, accompagné par les clavecinistes Carole Cerasi, Béatrice Martin, Céline Frisch, et Justin Taylor.

Pour mieux apprécier cet article et passer un moment musical en compagnie de Bach, ce concert a été diffusé en différé sur France Musique, et vous pouvez l’écouter ici !

Le Concerto pour clavecin en la majeur, BWV 1055 ouvrait les festivités, avec Frédérick Haas au clavecin. Démarrée avec énergie, cette première pièce est ternie par quelques anicroches. Quelques fausses notes certes, mais surtout une justesse qui laisse parfois à désirer venant des violons et du clavecin. Une pièce d’échauffement donc, avec un meilleure accordage pour les cordes dès la fin du morceau, même si les faiblesses de justesse des tonalités aiguës du clavecin ont continué à perturber l’interprétation des clavecinistes. Si l’enregistrement en différé donne l’impression que les deux violons prédominent, c’était en réalité un dialogue maîtrisé entre cordes et clavier qui venait contrebalancer les défauts entendus. C’est par cette maîtrise du dialogue, nécessaire à la juste interprétation de ces concertos que se sont distingués l’ensemble Ausonia et les clavecinistes de cette soirée.

Pour alterner concertos pour clavier, était joué le Concerto à deux claviers en ut majeur BWV 1061 avec Béatrice Martin et Frédérick Haas au clavecin. Ici encore, la maîtrise du dialogue entre les deux clavecinistes était essentielle, une épreuve remportée haut la main pour un résultat réjouissant.

L’interprétation du Concerto pour clavecin en mi majeurBWV 1053 qui offre une variation du thème du concerto en la majeur, était un pendant plus satisfaisant que le premier, quoique non exempt des quelques soucis de justesse des violons. Carole Cerasi au clavier servait parfaitement l’interprétation de cette pièce dans laquelle le clavier vient à certaines occasions accompagner le thème chanté par l’orchestre.

Pour clore le concert, l’impressionnant Concerto à trois claviers en ut majeur, BWV 1064, était interprété par Frédérick Haas, Céline Frisch et Justin Taylor aux clavecins. Très technique, les trois claviers doivent à plusieurs occasions s’accorder ensemble pour jouer les mêmes notes, accompagnés par la contrebasse et et le violoncelle. Un travail minutieux entreprit par les interprètes, pour un résultat vibrant auquel l’auditeur est suspendu. Mention spéciale pour Céline Frisch qui brille par la virtuosité de sa technique pleinement éprouvée par le déluge de notes que la partition lui impose.

En conclusion, un concert qui, malgré les soucis de justesse rencontrés, a été un moment plaisant. L’occasion d’entendre le jeu de quatre clavecinistes différents, et de savourer les subtils dialogues contenus dans ces quatre concertos de Bach.

Visuel : © Radio France/Christophe Abramowitz

 

« Garçon chiffon » : Nicolas Maury passe brillamment derrière la caméra
18h30 : mini-format, maxi-effet pour la série sortie de bureau d’Arte
Jules Bois

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *