Rap / Hip-Hop
Lyna Mahyem : « Mon nom ne m’appartient plus » (Interview)

Lyna Mahyem : « Mon nom ne m’appartient plus » (Interview)

27 octobre 2020 | PAR Kevin Sonsa-Kini

Toute la culture vous présente Lyna Mahyem, l’une des artistes urbaines les plus douées et talentueuses de sa génération. La jeune artiste, originaire d’Argenteuil dans le Val d’Oise, sort son premier album « Femme forte » où elle y a mis toute sa personne. Le titre révèle la détermination et la persévérance de la jeune femme après un parcours musical depuis 2016. Cet opus, qu’elle considère comme son « premier bébé », marque le début d’une nouvelle aventure pour Lyna. C’est aussi et surtout, le fruit d’un travail d’équipe avec entre autres la participation de Maybelline New York. Luna Mahyem se confie à Toute la culture.

Interview réalisée à l’Atelier Nanoh du 11e arrondissement de Paris. 

« Femme forte », le premier album de Lyna Mahyem disponible depuis le 23 octobre 2020.

Propos recueillis par Kevin Sonsa-Kini. 

-Toute la culture : Qu’évoque le titre « Femme forte » pour vous ? Est-ce une allusion à des souffrances ou des attaques subies ?  

Lyna Mahyem : Je m’y retrouve un peu dedans. Je m’inspire aussi beaucoup de mon entourage. Mon parcours est semé d’embûches. C’est une reconnaissance de nommer l’album « Femme forte » parce que je sais que je ne suis pas la seule à recevoir des attaques, des choses pas forcément gentilles. Je n’ai pas le choix de me relever malgré les mauvaises choses que j’ai pu recevoir. Que ce soient des attaques ou des méchancetés gratuites. Ça rentre par là et ça sort de l’autre côté. Je sais ce que je veux et je sais surtout ce que je vaux. Quand tu sais ce que tu vaux, tu sais que tu ne dois pas lâcher parce qu’il y a quelque chose à faire. 

-Dans l’album, on trouve des chansons personnelles comme « Femme forte« , « Juste » ou encore « À qui la faute ?« . Vous avez vraiment voulu vous livrer, vous libérer aussi ? 

La chanson « Juste », c’est par rapport à des témoignages de ma communauté. « Femme forte », c’est un peu de moi-même et « À qui la faute ? », c’est la chanson la plus personnelle de l’album. Je ne suis pas réellement livrée dans l’album parce que je voulais garder un peu de ma vie privée vu que c’est tout ce qui me reste en tant qu’artiste. Le nom « Lyna Mahyem » ne m’appartient plus malheureusement. Peut-être que dans mon prochain album, je me livrerai un peu plus, mais ce n’est pas facile. 

-On retrouve aussi des chansons plus divertissantes notamment avec Barack Adama, Franglish, Still Fresh et Imen Es. Comment s’est passé la collaboration avec ces pointures de la musique urbaine ? 

On a eu un bon feeling. Still Fresh, c’est la maison, on est dans le même label. Ça fait longtemps qu’on bosse ensemble. Franglish, c’est une découverte. Je ne le connaissais pas personnellement avant. Je l’ai beaucoup apprécié humainement. Barack Adama, on s’est suivi sur les réseaux sociaux. Il m’a donné de la force et envoyé des messages d’encouragements. Imen Es est celle avec qui j’ai eu le plus d’affinité parce que c’est une fille comme moi. On se ressemble beaucoup dans nos attitudes, notre façon d’être. J’ai une pensée aussi pour S. Pri Noir qui est dans le bonus track. 

-Cela fait déjà quelques années que vous évoluez sur la scène musicale urbaine. Cet album vous a t-il fait grandir humainement ? 

Clairement ! Quand j’ai commencé, j’avais 19-20 ans. Aujourd’hui, j’en ai 25. En quelques mois, un être humain peut changer. J’ai appris beaucoup de choses sur moi-même. J’ai gagné en maturité. Ma direction artistique aussi a évolué. 

-« Femme forte », c’est aussi le fruit de rencontres avec BLZ et le label indépendant Nouvelle École. Vous êtes reconnaissante envers ces personnes qui vous ont pris sous leur aile ? 

Bien sûr. J’ai rencontré Moussa qui est mon manager aujourd’hui. C’était mon directeur artistique chez BLZ. C’est lui qui m’a ramené chez Nouvelle École. Je leur en suis très reconnaissante parce qu’ils ont été patients avec moi. Ils ont cru en moi et m’ont donné ma chance. 

-L’album est réalisé avec la participation de Maybelline New York notamment pour le clip de « Outro ». Comment ils sont venus à vous ? 

La rencontre avec Maybelline New York s’est faite en août 2019. Ils m’ont proposé de faire leur campagne. Ils ont aimé l’univers Lyna Mahyem. Ils m’ont donc crée un clip « Outro » réalisé par Maybelline et Leïla Sy, réalisatrice de film. Ils ont sublimé mon image. C’est très gratifiant d’être associé à Maybelline. 

-Quel message laissez-vous à votre public qui ne vous a jamais lâché et qui vous a vu grandir artistiquement ? 

A part les remercier, je ne sais pas quoi leur dire si ce n’est de leur donner du bon son et du plaisir ! 

Visuels : © Baptiste Gouzy pour l’image en avant ; © Pierre Creff pour l’image d’article. 

Lyna Mahyem, Femme forte (BLZ, Nouvelle Ecole, BMG) ,sorti le 23 octobre 2020 (16 titres + bonus) : 

Femme forte

Envoûté feat Imen Es 

Demain

Alter Ego

Juste

Tout réparer feat Still Fresh 

Méthadone

Ça pète

Tu voulais

Plan B feat Franglish

Gusta

Zina 

Piano feat Barack Adama

À qui la faute ? 

Purple

Outro 

Bonus Track : S. Pri Noir, Code Pin 778 feat Lyna Mahyem  

 

 

 

 

 

18h30 : mini-format, maxi-effet pour la série sortie de bureau d’Arte
« L’amour égorgé », Rene Crevel et son temps par Patrice Trigano
Kevin Sonsa-Kini

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *