Cinema

Le palmarès du Sundance Film Festival 2020, une belle édition !

Le palmarès du Sundance Film Festival 2020, une belle édition !

07 février 2020 | PAR zoe david rigot

Cette année, quatre films de production ou de co-production françaises ont été récompensés ! Aussi, le festival a profité de l’occasion pour dévoiler qui sera sa nouvelle directrice.

La réalisatrice et sénariste française Maïmouna Doucouré était à l’honneur cette année au Sundance festival. Née à Paris de parents sénégalais, Doucouré fait des études de biologie et prend des cours de théâtre. Créative et inspirée, elle se lance petit à petit dans l’écriture de scénarios et dans la réalisation. En 2016, elle reçoit de nombreux prix pour son court métrage Maman(s), dont le Prix du Jury du Sundance, du Meilleur court métrage au festival de Toronto et le César du meilleur court métrage.

 

En 2017, elle reçoit un Global Filmmaking Award pour le scénario de Mignonnes. C’est pour ce premier long métrage qu’elle reçoit le Prix de la Réalisation au prestigieux festival Sundance cette année. Dans ce film que nous pourrons découvrir en avril  dans nos salles de cinéma puis sur Netflix, Amy a 11 ans et rencontre un groupe de danseuses appelé Les Mignonnes. Elle est fascinée et décide de s’initier à la danse, dans l’espoir d’intégrer leur bande, et de fuir un bouleversement familial.

Mais ce n’est pas tout ! Deux autres longs métrages de coproduction française ont été récompensés.

Yalda, la nuit du pardon, est un drame qui prend place dans l’Iran de nos jours. En s’inspirant d’une émission télévisée, Massoud Bakhshi fait une critique féministe et acerbe de cette société, et reçoit pour ce très beau film le Grand Prix du Jury !

Et le Grand Prix du Jury dans la section cinéma du monde est attribué à Hubert Sauper pour son documentaire Epicentro, sur Cuba et ses habitants. Celui-ci ne pourra être découvert qu’en fin avril ! À noter dans les agendas.

Qu’importe si les bêtes meurent, de Sofia Alaoui, reçoit le Grand Prix du Jury section Courts Métrages. Inspirée par le cinéma de Bong Joon-hode Lars von Trier et d’Antonioni, Sofia Alaoui signe cette année une chronique socio-familiale et métaphysique qu’il ne faudra pas manquer de voir non plus.

Après onze ans de Sundance Festival, le directeur John Cooper laisse sa place à la britannique Tabitha Jackson, directrice depuis six ans du programme de films documentaires de l’Institut. Elle supervisera désormais la stratégie globales du Festival, tout en dirigeant une équipe en étroite collaboration avec la directrice de la programmation, Kim Yutani. Cooper continuera tout de même à diriger des projets spéciaux, comme les préparatifs du 40e anniversaire de l’Institut en 2021 !

 

Visuel : affiche du Sundance festival 2020.

Soirée composée par Christian Ubl à la Briqueterie CDCN
Jeanne Brun, conservatrice en chef du patrimoine, est nommée directrice du musée Zadkine.
zoe david rigot

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *