Danse
Soirée composée par Christian Ubl à la Briqueterie CDCN

Soirée composée par Christian Ubl à la Briqueterie CDCN

07 février 2020 | PAR Bénédicte Gattère

Scindée en deux parties avec un changement de scène à vue, carte blanche a été donnée à Christian Ubl le temps d’une soirée. Artiste résident du Centre de développement chorégraphique national jusqu’en décembre 2020, il investit la Briqueterie pour un temps fort prolongé par des séances en journée.

 

 

 

 

 

Hommage à sa formation et main tendue à la jeune génération, la première partie de la soirée composée reprend la pièce Tabula Rasa. Interprétée par de jeunes danseurs issus de la formation COLINE qu’a suivie Christian Ubl, elle est un jeu autour des formes. Conçue en trois parties, avec une séquence pivot beaucoup plus rythmée et intéressante d’un point de vue scénographique (déambulations dans l’espace du plateau, mise en lumière…), elle se termine par un solo plutôt convenu mais très poétique. Le groupe, en arrière-plan, tend comme la membrane d’un tambour géant qui, tantôt, cache et dévoile. Enroulée autour de la soliste, elle sert à la métamorphose, endossant le rôle du cocon qui laisse ensuite s’envoler le papillon. Une jolie métaphore de la phase d’apprentissage !  

Avec cette Tabula Rasa, le public assiste plutôt à une sorte de variation et de reprise des grands maîtres comme Merce Cunningham avec un certain manque d’originalité malgré tout, et ce sont des tableaux d’ensemble assez « jolis » qui se succèdent sans beaucoup émouvoir. Cependant, le soin apporté aux détails dans l’interprétation donne envie de zoomer sur chaque mouvement, de voir mais de plus près, à travers une loupe même, de vivre un temps dans un pied, de se glisser dans un doigt pour sentir l’infinitésimale précision du geste beau…

Pour Garden of Chance, deuxième pièce présentée, vue à Avignon, lors de la 73ème édition dans le cadre de « Vive le sujet ! », les spectateurs ont eu le droit à une petite pépite d’humour ! Pour l’occasion, le chorégraphe a fait appel à un mentaliste, danseur également dans cet espace-temps illusoire, venu brouiller les pistes de l’interprétation. Entre théâtre, performance et danse, Christian Ubl et Kurt Demey répondent tout d’abord « Parce que… » à une question inconnue du public, le plongeant d’emblée dans le mystère et dans une sorte de flottement. Un mot, sans cesse, nous manque. Une partie de la signification nous échappe, notamment autour d’une étrange énergie, matérialisée par des hormones et qui est évoquée par des périphrases loufoques. Nous ne pouvons tout dévoiler ici mais les spectateurs, invités à participer, se sont trouvés bluffés. Toutefois, c’est surtout le sourire, qu’ils ne peuvent s’empêcher d’esquisser au moment des grandes envolées de chansons d’amour pop qui leur restera de cette belle soirée. Réinterprétées avec un mélange de profondeur et d’enthousiasme décalé carrément drôle, elles sont le moment où font signe les codes de la parade amoureuse, qui amène plus à rire qu’à troubler.

Toutes les informations pratiques sur le site Internet de La Briqueterie.

Visuel : © Christophe Raynaud de Lage 

Palmarès des BAFTA 2020
Le palmarès du Sundance Film Festival 2020, une belle édition !
Bénédicte Gattère
Étudiante en histoire de l'art et en études de genre, j'ai pu rencontrer l'équipe de Toute la culture à la faveur d'un stage. L'esprit d'ouverture et la transdisciplinarité revendiquée de la ligne éditoriale ont fait que depuis, j'ai continué à écrire avec joie et enthousiasme dans les domaines variés de la danse, de la performance, du théâtre (des arts vivants en général) et des arts visuels (expositions ...) aussi bien que dans celui de la musique classique (musique baroque en particulier), bref tout ce qui me passionne !

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *