Actu
Les chorégraphes Oona Doherty et Germaine Acogny primées aux Lions de Venise

Les chorégraphes Oona Doherty et Germaine Acogny primées aux Lions de Venise

23 février 2021 | PAR Manon Bonnenfant

Deux figures de la danse, l’une historique, l’autre en devenir ont été décorées aux « Lions » de Venise : Oona Doherty et Germaine Acogny. 

Après les différentes récompenses attribuées dans le milieu du cinéma, c’était au tour des figures de la danse d’être récompensées par la Biennale de Venise mardi dernier. La danseuse et chorégraphe franco-sénégalaise Germaine Acogny a reçu un Lion d’or. Sa carrière reconnue à l’internationale lui avait ainsi attribué la description de la « mère de la danse contemporaine africaine ». Tout a commencé en 1968, date à laquelle Germaine Acogny fonda son premier studio de danse à Dakar. Elle prit ensuite la direction de la très célèbre école « Mudra Afrique » – créée par Maurice Béjart et Léopold Sédar Senghor -, entre 1977 et 1982. Soucieuse de rendre accessible à tous son art dans son pays natal, elle sera à l’origine du Centre de l’Ecole des Sables, créée en 2004 aux côtés de son époux Helmut Vogt.

Une école conviviale, mais aussi réputée, ayant vu défiler au fil des années d’illustres danseurs et chorégraphes africains, et qui joue un rôle essentiel quant au développement de la danse contemporaine, en tant que lieu de rencontre, d’échanges et de formation ouverts aux artistes de tous les continents. Elle continue de danser avec sa compagnie « Jant-Bi ». La chorégraphe décrit sa démarche comme un « mouvement artistique dans lequel j’inscris mon propre travail, bien qu’enraciné dans nos traditions populaires, n’est pas un retour à nos racines. Au contraire, c’est une voie très différente, résolument urbaine et moderne, qui reflète le contexte dans lequel vit l’Afrique aujourd’hui, l’Afrique des bâtiments, l’Afrique des grandes contradictions internationales. »

Le Lion d’argent a également été décerné à la danseuse et chorégraphe nord-irlandaise Oona Doherty, dont la Biennale de Venise a salué dans un communiqué sa « voix puissante de la scène européenne ». Une voix qui – par le corps – crie sa force et sa colère, et explore des thèmes profonds, tels que la religion, l’identité et le genre. Une étoile montante de la danse qu’à la rédaction nous surveillons de près depuis longtemps.

 Visuel : ©ecoledessables.org

 

Alexandre Roccoli : « le son c’est du corps »
« Drumming » de Steve Reich fête ses 50 ans en rythme
Manon Bonnenfant

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture