DVDs
Critique DVD « Qu’Allah Bénisse la France » : Abd Al Malik réalise un premier film plein de promesses

Critique DVD « Qu’Allah Bénisse la France » : Abd Al Malik réalise un premier film plein de promesses

02 juin 2015 | PAR Gilles Herail

Le premier film d’Abd Al Malik démontre une véritable ambition, s‘éloignant de l’auto-biographie classique pour dessiner un conte initiatique urbain à visée universelle. On ressent l’envie de mise en scène et le soin apporté à la photographie et l’ambiance musicale. Au service d’un discours subtil et nuancé sur la banlieue, l’Islam et l’intégration. A découvrir en DVD (voir également notre critique enthousiaste à sa sortie).

[rating=4]

Synopsis officiel: Adapté du livre autobiographique de Abd Al Malik, « QU’ALLAH BÉNISSE LA FRANCE » raconte le parcours de Régis, enfant d’immigrés, noir, surdoué, élevé par sa mère catholique avec ses deux frères, dans une cité de Strasbourg. Entre délinquance, rap et islam, il va découvrir l’amour et trouver sa voie.

Abd Al Malik est un artiste fascinant, par son parcours, son univers musical, sa passion des lettres, son approche de l’Islam, son recul sur les choses (illustré dans son interview par Toute la Culture). Originaire d’une cité de Strasbourg, l’adolescent passionné de lettres deale un peu à côté avant d’entamer une carrière dans le rap et de poursuivre des études universitaires. Qu’Allah bénisse la France nous raconte ce parcours peu banal. Ou plutôt s’en inspire pour en tirer un récit plus universel. Qui ne cherche pas à restituer de manière linéaire une success-story à l’américaine et veut au contraire poser une ambiance et un univers. Abd Al Malik reprend des éléments autobiographiques, revisite certains de ses textes et de ses morceaux. Mais revendique surtout une vraie ambition de mise en scène. Sur la forme, difficile de ne pas penser à La Haine qui partageait la même volonté d’esthétiser la banlieue, d’éviter le réalisme figé pour faire exister de vrais héros de cinéma urbain. Mais quand Kassovitz décrivait une bombe à retardement pouvant exploser à tout moment, Abd Al Malik aspire au contraire à la sérénité, plus proche dans son optimisme et sa tendresse du récent Papa Was not A Rolling Stone.

Marc Zinga interprète brillamment le rôle principal, en assurant également pour les morceaux rappés. L’acteur d’origine belge que l’on avait remarqué dans deux bons films l’année dernière (Les Rayures du Zèbre et Jamais de la vieconfirme ici tout son talent. Et permet au film de ne pas virer à l’auto-célébration du réalisateur qui s’efface derrière le charisme de son comédien. Qu’Allah bénisse la France est bien sûr avant tout la chronique d’une jeunesse de banlieue, de la tentation de la délinquance et d’un sauvetage par la littérature et le rap. Et ce portait de cité sonne très juste, en prenant pour une fois pied en dehors de la région parisienne. A Strasbourg, dans le quartier Neuhof, où l’accent alsacien côtoie le verlan. Le film se démarque en abordant d’autres thèmes. L’Islam et le travail personnel de construction de son identité, à tâtons, à travers la foi. La littérature, la philosophie, la passion du mot et du concept qui a toujours guidé la carrière de l’artiste. Qu’Allah bénisse la France aime d’ailleurs un peu trop le verbe. Et certaines répliques ou passages en voix-off tournent parfois à la sentence ou à l’explication de texte.

Mais le film ne s’appuie pas que sur la parole et surprend avec une vraie ambiance et des idées de plan. Le noir et blanc est bien sur un élément mais la réalisation est présente partout, réfléchissant sur chaque scène, pensant ses tableaux. Les choix musicaux inattendus donnent aussi beaucoup de personnalité au film. Les accords électroniques planants de Laurent Garnier qui rythme la bande-son accentuent le caractère poétique des scènes. En revisitant également plusieurs morceaux de l’artiste dans des remix très réussis. Qu’Allah Bénisse la France est un premier film plein de promesses, foncièrement optimiste, donnant au territoire de la banlieue une représentation esthétique et mythique, au service d’un conte initiatique inspirant. A découvrir en DVD.

Gilles Hérail

Qu’Allah bénisse la France, d’Abd Al Malik, avec Marc Zinga, Sabrina Ouazani, France, 2014, 95 min. Les films du kiosque. Sortie DVD le 3 juin 2015.


Gagnez 2 vinyles du nouvel EP « Moonshine » de Jay Jay Johanson
[Live Report] Chet Faker en concert, bluffant
Gilles Herail

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *