A l'affiche

[Critique] « Qu’Allah bénisse la France » : l’hymne dissident d’Abd Al Malik

[Critique] « Qu’Allah bénisse la France » : l’hymne dissident d’Abd Al Malik

06 novembre 2014 | PAR Hélène Gully

Adaptation de son propre roman autobiographique (Albin Michel, 2007) par Abd Al Malik pour témoigner sur ses jeunes années, Qu’Allah Bénisse la France est un hymne à la tolérance que nous avons pu voir en avant-première en présence de l’équipe du film. A voir en salles le 10 décembre ou le samedi 15 novembre au Festival du film franco-arabe à 20h au Trianon de Romainville.

[rating=5]

Strasbourg, le 3 novembre à 19h45 : la salle 20 de l’UGC ciné cité est un chaos sonore. Les discussions dissimulent l’impatience du public. Le réalisateur sera là pour la projection.

Des mains se serrent, des sourires s’esquissent, plusieurs générations se mélangent dans un brassage culturel. Neuhof est présent pour l’avant première d’un gosse du quartier. Ce gosse a grandi, il s’appelle Abd Al Malik. Rémy Pfimlin, PDG de France Télévisions, adresse quelques mots, comme pour prouver sa bienveillance à l’égard du jeune réalisateur.

Les deux acteurs principaux Marc Zinga et Sabrina Ouazani entrent timidement, saisis par l’émotion devant une salle autant comblée. C’est au tour d’Abd Al Malik d’entrer : Le film projeté ce soir, c’est sa créature, l’adaptation fidèle de son propre livre.

Derrière les portes closes de la cité

Une caméra audacieuse erre dans les coulisses du quartier strasbourgeois. Marc Zinga devient Régis, jeune immigré congolais élevé par sa mère catholique. Son quotidien oscille entre érudition et délinquance. Le rap et l’islam l’extirpent de son horizon cloisonné. Entre finances illicites et triomphe en souterrain, son rêve de groupe de rap se paie avec l’argent du deal. Les tours de sa cité deviennent des murailles, il les aime mais compte les franchir.

Ce long-métrage d’1h36 est la vitrine d’une France de banlieusards, pris au piège dans une révolte essoufflée, mutine et imprudente. Leur identité opaque les contraint au vertige. Apatrides, ils n’ont rien à perdre. « On ne doit pas se sentir étranger dans son pays et notre pays c’est la France » déclare Nawel dont le héros est amoureux.

Les images en noir et blanc se succèdent sur une voix off douce et calme, celle de Régis. Abd Al Malik l’explique, son projet était « d’esthétiser la stigmatisation des jeunes des cités pour montrer que derrière ce noir et blanc, il y a un arc en ciel. »

Mais ce choix esthétique est aussi un hommage au cinéma, aux références du réalisateur qu’il cite avec fierté comme Visconti ou Kassovitz.

Qu’Allah bénisse la France séduit par ses plans originaux et sa fraîcheur technique. Abd Al Malik métamorphose son autobiographie en fiction universelle. Il invente pour mieux décrire. Digne héritage de la Haine, la différence réside dans l’optimisme euphorique d’un Régis qui réussit.

Neuhof, symbole des quartiers français

Neuhof c’est son quartier. Il en vient, il connaît ses alcôves et ses secrets. Mais en filmant Neuhof, Abd Al Malik désigne toutes les cités françaises. Les quartiers français sont des territoires insaisissables, des espaces diffus dans des interprétations multiples. Puisque le traitement médiatique maltraite ce milieu, les cités de l’hexagone balbutient, incomprises.

Le réalisateur évoque avec pudeur les drames auxquels sont confrontés les générations : overdose, assassinat, décès après garde à vue… Les brutalités policières sont suggérées, comme pour prouver qu’un monde manichéen n’existe pas, même dans les films en noir et blanc. Là-bas, la violence est militante, le respect se conquiert. Le mythe de Scarface fascine et sert encore d’exemple.

L’islam, totem et tabou

Le titre du film semblait insolent, presque cynique. Il n’en est rien. L’islam sauve Régis de sa vie insipide et l’aide à devenir quelqu’un de bien. Peut-être trop enthousiaste, il sera accusé de prosélytisme. Les méprises et manipulations d’un journaliste seront une preuve supplémentaire de l’incompréhension notoire entre les médias et ce milieu. La maladresse de l’un, les préjugés de l’autre sont des clins d’œil délicieux à l’actualité brûlante de notre pays.

Pourtant, le seul message est celui d’une cohabitation harmonieuse des religions.

Qu’Allah bénisse la France est un hymne à la tolérance. Il dévoile les entailles et les entrailles d’un gosse de cité, dans l’envers du décor. Sa voix dissidente s’efforce d’être entendue, malgré les désillusions. Le film est sculpté dans le bruit et la fureur d’une génération malmenée. L’ouïe est bercée par une bande sonore composée par Laurent Garnier et Abd Al Malik. Le casting est pertinent, le cinéaste néophyte saturé de talent.


Qu’Allah bénisse la France, d’Abd Al Malik, avec Marc Zinga, Sabrina Ouazani, France, 2014, 95 min. Les films du kiosque. Sortie le 10 décembre 2014.

Visuels : photos officielles du film

[Critique] « Serena » : un mélo où la patte Susanne Bier est trop rare
[Critique] « L’Oranais » : des grands destins et leurs victimes
Hélène Gully
Jeune caméléon du journalisme. 21 ans et de l'ambition.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *