Electro
[Live Report] Chet Faker en concert, bluffant

[Live Report] Chet Faker en concert, bluffant

02 juin 2015 | PAR Marie Boëda

Le Trianon accueille le chanteur compositeur australien Chet Faker jusqu’au 3 juin. Seul sur scène, rien ne manque, il crée et séduit le public avec simplicité.

Performance charismatique …

Il est 20h30 passées, Chet Faker déboule sur scène,  se met aux manettes, commence à mixer des sons électro. Ambiance… Puis la première chanson c’est « Melt » de l’album Built on glass (2014). Sensualité, électro-soul nous plongent dans l’univers intimiste du chanteur. En apesanteur, ses mouvements, pourtant restreints, gagnent la scène, ses mains couvrent son visage par intermittence lorsqu’il chante comme si la mélancolie et le cynisme de ses paroles l’atteignaient. Hipster assumé, queue de cheval et barbe étoffée, Chet Faker embaume de sa voix singulière l’élégante salle du Trianon.

… Et éclectisme musical

Le soulman n’a pas peur de passer par tous les styles. Au commencement, les sons synthétiques et esthétiques de l’électro donnent le pas à la soul-pop-rap-folk des chansons composées par le chanteur. Cette synthèse de musique l’amène aussi à jouer au synthé et à la guitare sans broncher. Sur scène, pour nous, il revisite ses créations, c’est à chaque fois une découverte de nouveaux arrangements. « Gold » et « Talk is cheap », ses deux chansons en vogue actuellement gardent leurs racines mais s’adaptent et se modifient avec l’ambiance pulsante et revigorante que Chet Faker nous communique.

Un beau moment, le public est au rendez-vous et n’a pas lâché un instant l’artiste polyvalent. A voir absolument au Trianon jusqu’au 3 juin puis le 25 juin en Belgique dans le cadre du festival Rock Werchter.

(c) Marie Boëda / Affiche Trianon / Pochette album

Infos pratiques

Odéon Théâtre de l’Europe
Les Gémeaux
le_trianon

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *