Cinema

[BERLINALE] « Der Boden unter den Füssen » de Marie Kreutzer, film terre à terre

[BERLINALE] « Der Boden unter den Füssen » de Marie Kreutzer, film terre à terre

10 février 2019 | PAR William Meignan

Le seul film autrichien présent en compétition cette année déçoit en ce qu’il n’arrive pas à plonger le spectateur dans la tourmente psychologique vécue par sa protagoniste.

Lola (Valerie Pachner) est une trentenaire ambitieuse. Sa vie professionnelle et sa carrière dans son entreprise de conseil sont présentées d’entrée de jeu comme le centre de sa vie. Son destin se retrouve bouleversé par  les problèmes qui surgissent dans sa vie personnelle. Sa sœur (Pia Hierzegger), schizophrène, est internée dans un hôpital psychiatrique car elle ne peut plus vivre seule suite à une tentative de suicide. Sans autre appui familial existant, les deux sœurs sont seules pour affronter le défi de la maladie. Pour Lola, la responsabilité de la sauver s’impose et entre en conflit avec ses ambitions professionnelles, à un tel point que cela impacte son équilibre mental et la met en danger sur tous les fronts.  

Le film peine à convaincre sur plusieurs aspects. Tout d’abord, le traitement didactique du scénario fatigue le spectateur : sans finesse, toutes les doutes qui traversent Lola sont explicités par des paraboles moralisatrices. Plus encore, le film perd le spectateur en ce qu’il ne tranche pas entre jouer la carte d’un réalisme absolu et une transcription nébuleuse des troubles auxquels Lola est confrontée. C’est sans compter que le milieu de l’entreprise jouant un rôle prépondérant est représenté avec les clichés qu’on lui connaît. Ainsi, la bonne idée d’insérer la sphère intime dans le professionnel par la relation qu’entretien Lola avec sa boss (Mavie Hörbiger) ne fonctionne malheureusement pas.

En somme, Der Boden unter den Füssen est un film trop construit et pas assez senti et manque par-là de dérober le sol sous les pieds des spectateurs, de nous faire plonger dans la tourmente de sa protagoniste.

Samuel et William 

© Juhani Zebra / Novotnyfilm

Deux sœurs : Cruautés familiales en bas de velours par David Foenkikos
Bernhard Schlink : Olga Une femme allemande
William Meignan

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *