Cinema

[BERLINALE] « Damsel », western casse-gueule pour les frères Zellner

[BERLINALE] « Damsel », western casse-gueule pour les frères Zellner

20 février 2018 | PAR William Meignan

En ce deuxième jour de compétition, les frères Zellner échouent à réinventer le western avec leur nouveau film Damsel. Les deux stars, Robert Pattinson et Mia Wasikowska, ne rattrapent pas ce film décevant, premier à être reçu cette année à Berlin par les huées du parterre de journalistes. À raison…

 

Samuel Alabaster (Robert Pattinson), cowboy novice et aventurier douteux, se lance dans une traversée du Far-West à la recherche de son amoureuse kidnappée, Pénélope (Mia Wasikowska). Accompagné par un prêtre alcoolique et un cheval nain, leur voyage est à l’image des futures retrouvailles du héros et de sa bien-aimée : imprévisible et chaotique.

Comme promis, la Berlinale nous surprend par sa diversité, pour le meilleur et pour le pire. Ici, c’est avec la production américaine des frères Zellner (Kumiko, The Treasure Hunter) que nous constatons que si certains choix de notre D. Kosslick adoré sont bien motivés par le goût des bons films (Utøya, Trois jours à Quiberon, Transit…), l’idée de faire fouler le tapis rouge à de grands noms lui fait vraisemblablement tourner la tête, au point de faire perdre deux heures à bon nombre de festivaliers avec un tel film. Qui n’avaient pas encore goûté à l’indigent 7 jours à Entebbe

Une scène, un gag. Ça tombe presqu’à plat à chaque fois. L’humour loufoque d’OSS 117 n’est définitivement pas à la portée de tous les réalisateurs. On salue le courage de Robert Pattinson, sorti pour l’occasion de ses rôles habituels. Un aventurier décidément aveugle quand il s’avance dans des films hasardeux, un peu comme son personnage. Un rôle de composition ?

Le film a été allègrement hué par la presse. Et c’est malheureusement bien mérité.

Damsel des frères Zellner avec Robert Pattinson (Samuel), Mia Wasikowska (Penelope), David Zellner (Parson Henry), Nathan Zellner (Rufus), Robert Forster (Old Preacher), Joe Billingiere (Zachariah)

Fool d’Hiver, l’expérience de la fête
[BERLINALE] « Utøya, 22 Juillet » – pour comprendre, pour se souvenir
William Meignan

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *