Cinema

Critique Skyfall : James Bond retrouve ses lettres de noblesse

Critique Skyfall : James Bond retrouve ses lettres de noblesse

27 octobre 2012 | PAR Gilles Herail

[rating=5]

Visuellement éblouissant. Scénario passionnant. Références malicieuses au mythe. Skyfall est le James Bond parfait avec un Daniel Craig impérial et Judi Dench surprenante. Un régal.

Synopsis: Lorsque la dernière mission de Bond tourne mal, plusieurs agents infiltrés se retrouvent exposés dans le monde entier. Le MI6 est attaqué, et M est obligée de relocaliser l’Agence. Ces événements ébranlent son autorité, et elle est remise en cause par Mallory, le nouveau président de l’ISC, le comité chargé du renseignement et de la sécurité. Le MI6 est à présent sous le coup d’une double menace, intérieure et extérieure. Il ne reste à M qu’un seul allié de confiance vers qui se tourner : Bond. Plus que jamais, 007 va devoir agir dans l’ombre. Avec l’aide d’Eve, un agent de terrain, il se lance sur la piste du mystérieux Silva, dont il doit identifier coûte que coûte l’objectif secret et mortel.

On avait quitté Bond en de bien mauvais termes. Sur la fausse note de Quantum of Solace. Raté aussi bien sur la forme que sur le fond. Sam Mendes a réussi l’impossible. Moderniser Bond en assumant la filiation. Bond se retrouve attaqué en plein coeur. Trahi par sa mentor. Avec un MI6 assailli, partiellement détruit. Et M mise en danger. Le couple Craig/Dench est au coeur du film. M est beaucoup plus présente que dans les précédents épisodes. Sam Mendes, un des plus grands réalisateurs actuels a bien senti le potentiel émotionnel de ce duo. Et arrive à glisser des pauses intimistes très réussies. Notamment dans la dernière partie qui voit un retour aux sources écossais qui prend des allures de western a la fort Alamo. Les James Bond girls sont réduits a peau de chagrin dans ce Skyfall surprenant car la véritable James Bond lady est la patronne, chef du MI6, et figure quasi maternelle pour 007.

Skyfall est puissant, émouvant. Mais ne se caricature jamais en se prenant trop au sérieux, avec une approche faussement réaliste. Le film est un pur James Bond. Pas au niveau des gadgets et des jolies femmes, mais du personnage hors du commun. La réalisation est ample. Les décors nombreux et somptueux. L’action invraisemblable, épique, spectaculaire. Sam Mendes sait que Bond n’est pas Jason Bourne. Son personnage est plus hors du commun, plus mythique. Skyfall rattrape à lui tout seul la déception du Dark Knight Rises. En offrant le meilleur blockbuster d’auteur de l’année. On y retrouve la fibre nostalgique de MIB3, la dureté froide et la puissance émotionnelle du Dark Knight mais surtout l’élégance que la saga Bond avait malheureusement perdu. Ce brillant hommage a 007 est un pur plaisir. Un régal résumé par une bonne idée. La réutilisation malicieuse d’une ancienne James Bond  et ses mitraillettes à l’ancienne intégrées aux feux. Rien que pour nos yeux de spectateurs ravis.

Gilles Herail

Skyfall, un film d’espionnage de Sam Mendes avec Daniel Craig et Judi Dench, sortie le 27 octobre 2012, durée 2h23

Les sorties culturelles des vacances de la Toussaint pour les enfants
Une famille respectable de Massoud Bakhshi, un film pour le peuple iranien
Gilles Herail

3 thoughts on “Critique Skyfall : James Bond retrouve ses lettres de noblesse”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *