Cinema
[Critique] « Maryland » : Alice Winocour filme Schoenaerts et Kruger dans un huis clos qui manque de souffle

[Critique] « Maryland » : Alice Winocour filme Schoenaerts et Kruger dans un huis clos qui manque de souffle

24 septembre 2015 | PAR Yaël Hirsch

Alice Winocour avait fait figure de jeune prodige avec Augustine, présenté à la Semaine de  critique en 2012 et acclamé en salles. Dans Maryland, elle scénographie joliment un huis clos. Thriller revisité, ce nouvel opus présenté en section « Un certain regard » au dernier festival de Cannes, tourne malheureusement à vide, faute de scénario pour le nourrir. A voir pour le joli couple Matthias Schoenaerts / Diane Kruger. En salles le 30 septembre 2015.

[rating=2]


Un vétéran en état de stress post-traumatique (M. Schoenaerts) trouve des petits boulots dans la surveillance. Bombardé bodygard d’une femme chic (Diane Kruger), il se retrouve au coeur d’une véritable fièvre de violence quand des ennemis du mari mafieux cherchent à enlever la dame et leur enfant. Luttant alors contre les fantômes du passé et leurs effets physiques, il tient un état de siège dans la luxueuse villa de sa cliente dont il se rapproche très naturellement.

Malgré le duo très assorti qui tient le film avec de belles performances (auquel s’ajoure un Paul Hamy qui va et vient sans aucun souci de vraisemblance) et malgré une image parfaitement travaillée, on ne croit pas une minute à cette situation rocambolesque ou de l’existentiel se dit à la cuisine en attendant que les méchants arrivent avec gaz et flingues. Jeune prodige de la Fémis, Alice Winocour a voulu jouer la carte du thriller et une image très « internationale », mais à force de trop vouloir en faire et de mettre de côté le scénario, elle ne parvient pas à nous convaincre dans ce film de genre plus hilarant qu’effrayant. Sympathique, mais raté.

Maryland de Alice Winocour, avec Diane Kruger, Matthias Schoenaerts, Paul Hamy, Victor Pontecorvo, France, 1h38, Mars distribution, sortie le 30 novembre 2015.

Visuels : affiche du film.

[Live Report] Concert d’ouverture de l’Opéra de Lyon par Anna Caterina Antonacci
Retour sur le salon Révélations : les artisans d’art français s’ouvrent au monde
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *