Cinema
Borgman d’Alex Van Warmerdam, un film néerlandais en compétition à Cannes

Borgman d’Alex Van Warmerdam, un film néerlandais en compétition à Cannes

19 mai 2013 | PAR Yaël Hirsch

 

 

 

 

Il n’y avait plus eu de film néerlandais en compétition à Cannes depuis près de 40 ans ! Original et totalement décalé, « Borgman », le huitième film de l’homme de théâtre et réalisateur Alex Van Warmerdam, est une fable surprenante et un thriller formellement admirable qui a séduit la presse, ce dimanche 19 mai.

Quand l’ingénieux sans abri Camiel Borgman (Jan Bijvoet) sort de sa tanière en forêt, il trouve refuge auprès d’une parfaite famille bourgeoise de pavillon design néerlandais. De bain en petit déjeuner et de menus travaux dans le jardin en conte terrifiant pour les trois têtes blondes du couple parfaitement raciste que forment Marina (superbe Hadewych Minis) et Richard (Jeroen Perceval). Petit à petit le clochard séduisant fait venir ses quatre sbires et installe son nid de coucou dans la jolie maison de la perfection.

A la fois fable morale et thriller absurde où l’on rit beaucoup, « Borgman » distille une violence d’autant plus efficace qu’elle est totalement décalée dans l’univers de lignes droites que représente le pavillon très design et le jardin parfait du couple pris d’assaut. Il y a quelque chose de la cruauté policée du « Canines » de Yórgos Lánthimos (primé à Un certain regard en 2009) dans ce « Théorème » à la nordique qui dénonce la mesquinerie lisse de la bourgeoisie néerlandaise et révèle ses démons les plus obscurs avec cet ange ou ce clochard tombé du ciel. Certaines scènes complétement absurdes sont d’une beauté éblouissante (notamment les victimes de Borgman « plantées » dans des pots de fleurs par la tête et bien alignées dans le lit d’une rivière) et les acteurs,Jan Bijvoet en tête, sont à la hauteur de cette expérience cinématographique. Peut-être un prix…

Borgman d’Alex Van Warmerdam, avec Jan Bijvoet, Hadewych Minis et Jeroen Perceval, Pays-Bas, 1H53. En compétition au 66ème festival de Cannes.

http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=_h6SRrn7NA0

Tous les articles Cannes sont à retrouver dans le Dossier Cannes

Quand le folk avait le blues : Inside Llewyn Davis des frères Coen en compétition du 66ème festival de Cannes
Focus sur un foyer culturel centre européen de la Belle Epoque, « Les impressionnistes slovènes »
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture