A l'affiche
« West Side Story » : Spielberg réussit son pari

« West Side Story » : Spielberg réussit son pari

03 décembre 2021 | PAR Alice Martinot-Lagarde

Le réalisateur de légende Steven Spielberg se lance dans la comédie musicale avec brio en présentant une nouvelle adaptation cinématographique de West Side Story, soixante ans après la mythique version de Robert Wise et Jerome Robbins. Pari risqué mais réussi, le film fait partie des plus attendus de cette fin d’année et ne devrait pas décevoir le public.  

Symbole de Broadway, le conflit entre les Sharks et les Jets est un grand classique. Une histoire d’amour et de bandes rivales inspirée de Roméo et Juliette qui n’a presque pas pris une ride tant elle fait partie de la culture populaire et traite entre les lignes d’injustices encore bien présentes. Spielberg s’est donc attaqué à un monument auquel il ne fallait peut-être pas toucher, au risque de le ruiner. Mais il réalise l’exploit d’en faire une version réactualisée et pour autant parfaitement fidèle, avec un univers esthétique neuf et plus clinquant qui conserve brillamment l’âme de la comédie musicale originelle. 

Des seconds rôles brillants

Comme un joli passage de flambeau, Rita Moreno fait la transition entre les deux adaptations cinématographiques grâce au rôle du gentil pharmacien entièrement repensé pour elle par Spielberg et son scénariste Tony Kushner. Également productrice exécutive du film, elle y incarne Valentina, veuve portoricaine de Doc et amie du jeune Tony, symbolisant ainsi une présence bienveillante et familière dans cette nouvelle transposition à l’écran. Ariana DeBose, qui joue la version 2021 d’Anita, danse littéralement dans ses pas et offre une des meilleures interprétations du film de son jeu piquant. 

Les seconds rôles sont finalement les plus brillants, mention spéciale à Mike Faist, dans celui de Riff, qui jouit d’une charisme bien plus convaincant qu’Ansel Elgort en Tony. Ce dernier, connu pour ses rôles de teen movies dans Nos étoiles contraires et la saga Divergente, ne réussit pas à apporter la crédibilité nécessaire au couple Maria/Tony, malgré une belle alchimie avec la jeune Rachel Zegler. Dommage car leur histoire d’amour ne prend pas toute l’ampleur que dans les versions que nous connaissions déjà. Elle se laisse néanmoins délicieusement remplacer par la passion d’Anita et Bernardo qui remplit l’écran de glamour et d’allégresse, notamment sur la fantastique scène d’America

Une belle entrée dans la comédie musicale 

L’aspect le plus réussi reste celui de la comédie musicale. Spielberg signe ici un film aux mises en scènes millimétrées et à l’ambiance électrique grâce au talent du chorégraphe Justin Peck et à une fidélité esthétique à l’œuvre théâtrale. L’espace y est filmé clos mais dans sa globalité, donnant une impression scénique qui rend certains passages d’autant plus spectaculaires. Le prologue est en cela particulièrement remarquable, séduisant d’entrée le spectateur averti comme le novice, tant la tension et les sifflements sont exaltants. Tourné principalement en extérieur selon le souhait du réalisateur, le film s’imprègne du décor new-yorkais et réactualise son atmosphère si caractéristique sans jamais la trahir. 

Cette mouture 2021 ne perd finalement rien de son charme ni de son propos. West Side Story demeure une histoire toujours aussi politique que Spielberg et Kushner ont souhaité exploiter avec quelques petites libertés prises dans le scénario et surtout un casting bien plus authentique que dans l’adaptation de 1961 dans laquelle les personnages portoricains étaient joués par des blancs. L’ambiance y est également plus sombre et les affrontements plus durs, jouant sur la dramaturgie de péripéties. Spielberg réussit à embarquer le public dès les premières secondes et jusqu’à la dernière scène du film grâce à son énergie. Aucun doute, il s’agit là d’un bel hommage.

 

 

West Side Story de Steven Spielberg, scénario de Tony Kushner. Avec Ansel Elgort, Rachel Zegler, Ariana DeBose, David Alvarez, Rita Moreno. 2021. En salles le 8 décembre. 

 

Visuel : Photo by Niko Tavernise. © 2020 Twentieth Century Fox Film Corporation. All Rights Reserved.

Encantado, les totems sans tabous de Lia Rodrigues
Toutes leurs robes noires de Claudine Galea par Antoine Hespel
Alice Martinot-Lagarde

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture