A l'affiche
La sélection cinéma du 25 février

La sélection cinéma du 25 février

25 février 2015 | PAR Matthias Turcaud

Pour être honnête, la semaine n’est pas très riche au niveau des sorties de films, mais cela a le mérite de faciliter les choix. A côté d’un relatif désert, on attend cependant de pied ferme Birdman, grand vainqueur des Oscars de ce dimanche et film du mois de février pour le magazine « Positif ».

Birdman d’Alejandro Gonzalez Inarritu, 20th Century Fox, 1h59, Etats-Unis.

Tourné en un unique plan-séquence et première incursion dans la comédie du mexicain Inarritu qui nous avait jusque-là habitué à des drames très chargés au niveau émotionnel – Babel ou 21 grammes -, Birdman, mené par Michael Keaton dans un rôle de super héros has been qui lui ressemble, a de quoi intriguer, d’autant plus depuis dimanche où il a raflé les prix les plus convoités des Oscars devant le favori Boyhood.

Inupiluk + Le film que nous tournerons au Groenland de Sébastien Betbeder, UFO Distribution, 1h06, France.

Sébastien Betbeder, dont nous avions adoré 2 automnes, 3 hivers, a ajouté à son court-métrage Inupiluk, axé autour de la rencontre à Paris de deux comédiens français et de deux esquimaux et nommé aux Césars 2015, un avant-goût du long-métrage qu’il prévoit de tourner au Groenland avec les mêmes personnages. Voir notre critique ici.

Hungry Hearts de Saverio Costanzo, BAC Films, 1h49, Etats-Unis.

Hungry Hearts parle d’une histoire d’amour entre Jude, un homme américain, et Mina, une femme italienne, à New York. Elle est bouleversée par l’arrivée d’un enfant. Le film a été présenté à la fois au dernier festival de Toronto et au dernier festival de Venise, où il a récolté les deux prix d’interprétation, respectivement pour Adam Driver et Alba Rohrwacher. Voir notre critique ici.

Red Army de Gabe Polsky, ARP Sélection, 1h25, Etats-Unis, Russie.

« Red Army », ainsi s’appelait l’équipe de hockey soviétique qui, pendant la guerre froide, réussissait à battre les grandes équipes de l’Ouest. Derrière la préparation et l’entrainement des sportifs se cachaient des enjeux d’une importance extrême. C’est aussi l’histoire de champions broyés par un système qui nia totalement l’individu.  Seul le capitaine de l’équipe, Slava Fetisov, fêté comme un héros de la nation, osera braver le régime. Le film fut présenté au dernier Festival de Cannes dans la catégorie « Séances spéciales ».

La Duchesse de Varsovie de Joseph Morder, Epicentre Films, 1h26, France.

Le « pape du Super 8 » Joseph Morder nous propose cette fois-ci un film de fiction dans lequel un jeune peintre déprimé retrouve sa grand-mère, une émigrée juive polonaise. Avec les rohmériens Andy Gillet et Rosette, ainsi qu’Alexandra Stewart.

A 14 ans d’Hélène Zimmer, Ad Vitam, 1h26, France.

Après des études de lettres et des débuts de comédienne, Hélène Zimmer passe à l’écriture et à la réalisation avec une chronique sur l’adolescence et l’éveil de la sexualité intitulé A 14 ans. Si vous cherchez une alternative « réaliste » au délire auquel semble s’apparenter Birdman

. Les deux cavaliers (Two Rode Together) de John Ford, Park Circus Films France, 1961, ressortie, Etats-Unis.

En écho à la récente rétrospective consacrée à John Ford à la Cinémathèque, vous pouvez (re)découvrir ce western pro-indien et humaniste datant de 1961, dans lequel un sheriff interprété par James Stewart a pour mission de libérer des prisonniers Blancs des mains des Indiens et fait ainsi la rencontre d’une femme que les habitants rejettent parce qu’elle a vécu avec un Indien.

. Zorba le Grec (Zorba The Greek) de Michael Cacoyannis, Solaris Distribution, 2h22, 1964, ressortie, Etats-Unis.

Enfin, une deuxième ressortie notable cette semaine c’est Zorba le Grec sur une histoire d’amitié entre Basil, un jeune écrivain raté qui se rend en Crète afin d’y exploiter une mine dont il a hérité et Zorba, un sexagénaire grec plein d’énergie et de joie de vivre. Dans cette scène célèbre, le second, interprété par le bouillonnant Anthony Quinn, apprend au second, joué par le britannique Alan Bates, à danser le sirtaki sur une plage.

Et, non, on ne juge pas indispensable de vous parler ici en long et en large d’Annie, de Tracers,  ou encore de Projet Almanac quoique ce dernier ait récolté, de la part de BelleIntello21, Mr Geekoolol, SabriiinaBina ou encore Guillaume Pley de Nrj, des critiques positives d’ailleurs recensées sur son affiche. Merci de votre compréhension.

Crédits photos : photos officielles des films.

« Le Cabaret Electrique » au Cirque Electrique : renversant mais cardiaques, s’abstenir !
David Bobée invite Bogota au Spring 2015
Matthias Turcaud
Titulaire d'une licence en cinéma, d'une autre en lettres modernes ainsi que d'un Master I en littérature allemande, Matthias, bilingue franco-allemand, est actuellement en Master de Littérature française à Strasbourg. Egalement comédien, traducteur ou encore animateur fougueux de blind tests, il court plusieurs lièvres à la fois. Sur Toute La Culture, il écrit, depuis janvier 2015, principalement en cinéma, théâtre, ponctuellement sur des restaurants, etc. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *