Arts

« Le climat au pied du mur »: quand le street art s’engage pour le climat

« Le climat au pied du mur »: quand le street art s’engage pour le climat

18 septembre 2015 | PAR Constance Delamarre

Cinq artistes de street art se sont engagés autour des enjeux du réchauffement climatique, sous l’impulsion de l’ONG Care France, créant le parcours urbain Le climat au pied du mur. A quelques mois de la COP21 (ndlr: 21ème Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques, qui se tiendra en décembre 2015 à Paris), ils ont investi l’espace urbain parisien dans le but se sensibiliser l’opinion publique à l’urgence d’obtenir un accord climatique.

Cinq fresques créent donc un parcours le long du canal Saint-Martin et du canal de l’Ourcq, autour de thématiques différentes: l’accessibilité à l’eau, l’alimentation, la justice sociale et l’habitat, tous mis en péril dans les zones les plus vulnérables à cause des problèmes climatiques mondiaux. Care France s’engage auprès des populations les plus pauvres et avec ce parcours urbain, l’objectif est de sensibiliser les citoyens parisiens sur l’impact du réchauffement climatique sur les droits de ces populations. Donner conscience à chacun, et aux jeunes particulièrement, avec des chiffres alarmants, que notre planète est en jeu et que des solutions locales sont envisageables.

Ces fresques sont mises en valeur grâce à des balades urbaines, organisées chaque samedi par l’association d’insertion L’Alternative Urbaine. Le public est amené à découvrir la mobilisation des artistes (StoulFKDLDoudou StyleKoralie, Da Cruz) mais aussi à en apprendre davantage les solutions qui existent et que plusieurs initiatives tentent de mettre en place (par exemple, le remplacement des graines de blé par du manioc qui nécessite moins d’eau dans les pays où elle manque cruellement). Ces balades débutent le samedi 19 septembre et beaucoup s’annoncent déjà complètes.

L’image étant parfois plus parlante qu’un long discours, l’idée a donc été d’exprimer artistiquement les enjeux climatiques et l’urgence d’agir à notre niveau et au niveau des nations. Malgré cette initiative louable et méritante, nous ne sommes pas certains de l’impact de ce parcours urbain sur le public passants, hors balades organisées, car les fresques ne sont pas exposées dans de réels lieux de passage: le Point Ephémère, l’esplanade de la Rotonde, le Pavillon des Canaux, la rue Germaine Tailleferre. Plus ou moins descriptives, elles peuvent sans doute interpeller le passant mais celui-ci va-t-il réellement se questionner sur les impacts du climat en les regardant ? Va-t-il comprendre le message que l’artiste a voulu délivrer ? Va-t-il s’arrêter sur son chemin pour prendre conscience ? Autrement dit, réservez vite votre balade pour recevoir pleinement le message !

Le climat au pied du mur, du 19 septembre au 11 décembre du Quai de Valmy à la rue Germaine Tailleferre. Balades urbaines chaque samedi de 11h à 12h30, réservations ici. Parcours intégré à la Nuit Blanche du 3 ocotbre 2015. Plus d’informations ici.

© CARE / Constance Delamarre

Infos pratiques

Boris Charmatz, 15 euros pour un vingtième siècle à l’Opéra Garnier
« Deux Ampoules sur Cinq » : l’insoumission poétique
Constance Delamarre

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *