Arts
La genèse de l’avant-garde

La genèse de l’avant-garde

28 mars 2014 | PAR Marie Boscher

L’avant-garde se trouve, par essence, à  l’opposé exact de l’académisme. Petit précis sur la genèse de cette expression à travers l’origine du terme et les courants qui s’y rattachent.

Celui qui marche en avant

Étymologiquement, le terme « avant-garde » vient tout d’abord du vocabulaire militaire où il désigne la partie d’une armée qui marche la première. L’avant-garde de la troupe se refuse à tout statisme et instaure la dynamique du combat avant le reste de la cohorte. Dans les arts et la culture, le terme désigne donc les entreprises nouvelles ou expérimentales de personnes considérées comme étant en avance sur leur temps.

Le premier qui semble avoir utilisé le terme dans un sens dépassant la portée militaire est Claude Henri de Rouvroy, comte de Saint Simon dans son livre intitulé Opinions littéraires, philosophiques et industrielles sorti en 1825 : « C’est nous, artistes, qui vous servirons d’avant-garde : la puissance des arts est en effet la plus immédiate et la plus rapide. Nous avons des armes de toute espèce : quand nous voulons répandre des idées neuves parmi les hommes, nous les inscrivons sur le marbre ou sur la toile… Quelle plus belle destinée pour les arts, que d’exercer sur la société une puissance positive, un véritable sacerdoce et de s’élancer en avant de toutes les facultés intellectuelles, à l’époque de leur plus grand développement ! »

De la rupture futuriste au radicalisme dada

marcel duchampLa notion d’avant-garde artistique et culturelle apparaît donc au XIXème siècle et prend son essor au XXème. La discontinuité des propositions artistiques et culturelles de l’époque rend impossible toute généralisation, dans une dynamique provocatrice à l’égard des codes établis. Le spectre de mouvements qui s’incorporent à l’avant-garde est immense. L’un des premiers est le futurisme italien qui exalte le monde moderne et son esthétique. Les artistes futuristes comme Giacomo Balla ou Umberto Boccioni, se posent ici dans une optique de rupture en essayant de débarrasser l’Italie d’un culte archéologique tourné vers le passé.

Le mouvement Dada apparaît ensuite pendant la Première Guerre Mondiale avec la création du Cabaret Voltaire. Les artistes qui font partie de ce comité refusent d’être perçus comme un mouvement artistique. Ils se constituent comme une critique des valeurs en place à l’époque et prône la liberté absolue, l’immédiateté, la contradiction et la spontanéité pour renverser l’universalité et l’éternité des principes. En l’absence de règles fixes, tout peut être considéré comme de l’art si on le décide, comme l’expliquait Marcel Duchamp à propos de son œuvre Fontaine. Dada a traversé tous les médiums.

« C’est juste un urinoir »

Le constructivisme, De Stijl, le suprématisme, Bauhaus sont d’autres mouvements avant-gardistes qui ont marqué le XXème siècle. Quand ils sont évoqués, les réactions générales sont parfois négatives, en dehors des connaisseurs. Les avant-gardistes sont parfois perçus comme inaccessibles, incompréhensibles et les plus virulents crient parfois au scandale.

Aujourd’hui l’avant-garde est encore considérée comme une tendance marginale relativement difficile à détecter. Néanmoins, les amateurs d’art et de culture restent pour la plupart curieux de découvrir de l’inédit et de la performance neuve.

Visuels : Avant-garde © Marco Wilhelm
Marcel Duchamp, Fontaine © Pablo Ibañez

« Une femme » de Philippe Minyana à la Colline : une vie tout en nuances de gris
Une version de Camus qui nous laisse sans voix
Marie Boscher

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *