Théâtre

« Une femme » de Philippe Minyana à la Colline : une vie tout en nuances de gris

« Une femme » de Philippe Minyana à la Colline : une vie tout en nuances de gris

28 mars 2014 | PAR Yaël Hirsch

Porté par des comédiens formidables qui multiplient les rôles et apaisé par la superbe mise en scène tamisée de Marcial di Fonzo Bo, le texte de Philippe Minyana Une femme prend vie avec émotion au Théâtre National de la Colline. Un des tous beaux spectacles de la saison.

[rating=4]

Une femme (Catherine Hiegel), une fille, une maîtresse, une mère, une amie, la personnage principal du nouveau texte de Philippe Minyana a la richesse de la simplicité. Elle commence allongée et sa vie lui revient par bribes et par flash-back, dans un tourbillon hachuré de mots où la vie même prend soudain sens : la tendresse ou la crainte des ex-maris, le rapport glaçant de conte cruel aux parents ; et celui, plus tardif, au père malade et envahissant. Il y a le dévouement aux enfants et enfin les retrouvailles avec une amie franche et gaie, même dans l’artifice. Il y a enfin, une dernière voix avant le grand voyage qui lui -même reste suspendu : celle d’une vieille compagne familière qui pourrait bien être l’âme.

Mêlant sobriété du plateau, teintes de gris, amas de lits de la dernière heure et nature de troncs d’arbres qui tombe simplement sous les lois de la gravité, la mise en scène magnifique de Marcial di Fonzo Bo s’harmonise avec la simplicité et la beauté du texte de Philippe Minyana. Le naturalisme est respecté, aussi bien que les rêves et les cauchemars d’un cœur simple quand le metteur en scène reprend avec toujours autant de talent sa signature vidéo dans une transparence parfaitement réussie. Catherine Hiegel est un roc, un tronc d’arbre au coeur de cette histoire, tandis qu’en vieil homme Laurent Poitrenaux est magistral, et que la magie vient de Raoul Fernandez en femme, absolument bouleversant dans la reprise de la chanson « Las simples cosas » pratiquement à Capella. Passant de la sensualité à la comédie humaine, Marc Bertin et Helena Noguerra sont à la hauteur de ce somptueux jeu d’acteur. Un spectacle émouvant, humainement et formellement.

Une femme de Philippe Minyana, avec Catherine Hiegel, Laurent Poitrenaux, Raul Fernandez, Marc Bertin et Helena Noguerra, 1h30. jusqu’au 5 avril au Petit théâtre puis du 9 au 17 avril dans le Grand théâtre. le mardi à 19h et le dimanche à 16h.

Photo © Elisabeth Carecchio

Infos pratiques

A la folie théâtre
Théâtre Italique
theatre_national_de_la_colline

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *