Arts
Noir et blanc : une esthétique de la photographie, l’exposition du Grand Palais à découvrir virtuellement

Noir et blanc : une esthétique de la photographie, l’exposition du Grand Palais à découvrir virtuellement

22 février 2021 | PAR quentin didier

Le Grand Palais a déjà dû repousser deux fois la date d’ouverture de cette exposition. La réouverture des lieux culturels n’étant pour l’instant toujours pas prévue, l’évènement en présentiel est finalement annulé. Il est cependant enfin possible de se plonger dans la collection de clichés à travers une visite virtuelle proposée depuis le 18 février.

Le noir et blanc est l’une des esthétiques les plus iconiques de la photographie. L’histoire d’amour de cette dernière avec les deux couleurs (ou plutôt devrait-on dire tons) coule encore aujourd’hui de beaux jours. L’exposition proposée par le Grand Palais part avec une thématique simple : retracer cette histoire avec une importante collection de pièces provenant de la Bibliothèque nationale de France. Les origines, les apports des mouvements avant-gardistes, le développement esthétique du contraste, la représentation de la nuit ou encore de la neige, de nombreux styles et mouvements sont abordés.

L’évolution de tout un art

Comment aborder un sujet aussi vaste que celui du noir et blanc dans la photographie ? L’exposition du Grand Palais choisie de nous plonger dans les principaux courants de cette esthétique si populaire. Et on constate que les avancées technologiques du procédé photographique, permettent en grande partie à ces mouvements artistiques de naitre. Un changement du procédé chimique, ou l’apport d’un nouveau papier, influent sur les couleurs et sur le grain même de l’image. Ainsi la progression technique de l’art photographique donne aux artistes de nouvelles perspectives de création.

C’est donc en partie chronologiquement que l’exposition nous instruit sur cette esthétique du noir et blanc. Noir et blanc : une esthétique de la photographie aborde le travail de différents artistes par ce prisme. C’est par exemple en jouant avec l’éclairage d’un cadre que des photographes peuvent donner une atmosphère toute particulière à leurs clichés. Il s’agit de dépasser les limites de la discipline pour se réinventer. Autre exemple avec l’esthétique du contraste qui née grâce à un nouveau papier où le blanc est plus pur encore, et où le procédé chimique de développement photographique donne au noir une profondeur unique. Ainsi les avant-gardistes développent un mouvement où le contraste est roi. Le chapitre sur la photographie de nuit est également très intéressant dans le sens où il ouvre des portes vers le futur de la discipline. Photographier de nuit était impossible au 19ème siècle, et reste encore aujourd’hui peu simple. Ainsi d’autres progrès où la nuit sera domptée par l’appareil, pourront sans doute à nouveau ouvrir de nouvelles perspectives aux artistes.

Des pièces uniques et intemporelles

Pour étayer son sujet, l’exposition s’appuie sur pas moins de 300 clichés issus de la collection de la Bibliothèque nationale de France. C’est un véritable trésor qui permet de retracer l’histoire du noir et blanc en photographie. On peut découvrir des pièces évidemment reconnues, immortalisées par de grandes figures comme Helmut Newton ou encore Henri Cartier Bresson. Sont également présents des œuvres plus avant-gardistes avec par exemple le photographe Man Ray et le procédé qu’il a popularisé : la solarisation, procédé d’insolation du papier photographique en vue d’obtenir une confusion dans les valeurs noires et blanches de l’image. C’est donc une collection hétérogène et variée qui nous est proposée pour plonger dans ce vaste champ de l’esthétique du noir et blanc en photographie. L’exposition balaye une grande partie des nuances de son sujet, à la manière du chapitre « Nuancier de matières » qui présente un dégradé de clichés de monochromes de blanc jusqu’à des monochromes de noir. L’histoire du noir et blanc en photographie est passé en revue avec une collection véritablement impressionnante.

Le Grand Palais ne peut pas encore vous accueillir, mais il est tout de même possible de découvrir ces très belles pièces photographiques à travers une visite virtuelle. Toutes les informations nécessaires sont disponibles à cette adresse.

Visuel : photo de presse

Saskia, un talent made in Bruxelles
Alexander Vinogradov : « Nous, artistes, sommes actuellement comme dans une cage ! »
quentin didier

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture