Expos
L’exposition « 37 rayures du zèbre » retrace l’histoire des Francophonies grâce aux moments marquants des 37 éditions !

L’exposition « 37 rayures du zèbre » retrace l’histoire des Francophonies grâce aux moments marquants des 37 éditions !

27 septembre 2020 | PAR Chloé Coppalle

La rédaction l’avait annoncé, une des grandes nouveautés des Zébrures d’Automnes 2020 du festival Les Francophonies, c’est l’exposition « 37 rayures du zèbre, le festival des Francophonies 1984-2020 » qui retrace l’histoire du festival depuis sa création en 1984. Un parcours pas très rock, mais très documenté, et qui se tient à la Bfm Centre-ville de Limoges jusqu’au 9 janvier.

Cette année, la problématique du festival concerne le rapport au passé : « Comment le passé peut-il nous amener à penser notre présent pour construire notre avenir ? ». Mais alors, qu’en est-il du passé des Francophonies ? En 37 ans, il y en a eu, des zèbres (emblème de l’événement), des auteurs, des directeurs, et des lieux. Mais alors que racontent les précédentes éditions, et comment peuvent-elles permettent de construire le futur de l’événement ? C’est dans ce cadre que l’exposition a été pensée, et c’est aussi pour cette raison qu’elle a été organisée cette année.

L’exposition propose une déambulation entre les auteurs et les pièces qui ont marqué les éditions. On retrouve par exemple Pour un oui ou pour un nom, de Nathalie Sarraute, avec le travail réalisé en langues des signes par l’International Visual Theatre, une compagnie centrée sur les cultures sourdes, en 2001, ou avec la version en créole martiniquais de la Scène nationale de Fort-de-France en 2018.

L’accrochage rappelle aussi qu’une des premières scènes françaises de grands auteurs francophones comme Sony Labou Tansi ou Robert Lepage, c’était justement aux Francophonies de Limoges !

« 37 rayures du zèbre, le festival des Francophonies 1984-2020 », c’est également l’occasion de redécouvrir des interviews d’artistes ayant participé, dans lesquels ils abordent la création et la réception de leur travail.

Et la pièce maîtresse du parcours, c’est la présentation des 37 affiches du festival . On découvre notamment celles des premières éditions, avec des couleurs éclatantes et dans des compositions pop et des zèbres dans tous les sens ! Dommage que leur format ne soit pas plus grand car elles méritent d’être mises plus en valeur !

Pour mieux connaître les Francophonies, l’exposition vaut le détour par la Bmf Centre Ville de Limoges, malgré un petit manque de pep’s dans l’accrochage. Les affiches, par exemple, sont accrochées sagement les unes à côté des autres. Les espaces qui délimitent les différents thèmes soulevés, bien que de formes un peu originales (octogonales, en forme de petites maisons etc), ont un peu un rôle de simples présentoirs, cela est peut-être dû à l’emplacement de l’exposition, montée dans le hall de la Bmf, qui est un espace relativement petit, et  surtout un espace d’accueil.

Visuel : affiche de l’événement « 37 rayures du zèbre, le festival des Francophonies 1984-2020 », 23 septembre 2020 au 9 janvier 2021, Bmf Centre-Ville, Limoges.

Jacques Weber, icône du théâtre français s’installe à l’Atelier
Dépôt de Bilan , une savoureuse écriture du théâtre
Chloé Coppalle

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *