Arts
La nouvelle expérience pédagogique et sensorielle du Muséum d’histoire naturelle

La nouvelle expérience pédagogique et sensorielle du Muséum d’histoire naturelle

17 novembre 2021 | PAR quentin didier

L’exposition  L’Odyssée sensorielle  cherche à instruire par le biais d’un moment immersif. Ainsi, nous découvrons les différents biomes terrestres et allons à la rencontre de cette nature sauvage, encore inconnue pour beaucoup d’entre nous.

Apprendre par le biais de nos sens

En entrant dans ces salles obscures tapies par des projections visuelles et sonores, L’Odyssée sensorielle nous plonge pour ainsi dire aux confins de la Terre. Chaque salle qui compose le parcours représente un des biomes de Dame Nature : la forêt tropicale, le monde souterrain, la savane africaine, la banquise, etc… Le spectateur doit entrer en véritable osmose avec ces lieux qu’il n’a probablement jamais rencontré. Notre implication ici en entièrement passive, nous n’avons qu’une chose à faire : laisser nos sens prendre le contrôle. Cette pédagogie sensorielle est l’idée principale de cette exposition. Si au départ c’est l’aspect ludique de cette méthodologie d’apprentissage qui est apparente, très vite on se rend compte d’une certaine pertinence dans la démarche.

Informer sur l’urgence écologique

Convoquer nos sens donne à l’expérience une dimension primitive totalement cohérente avec son propos. En effet, notre instinct prend subtilement le dessus lorsque nous sommes plongés dans un univers comme celui-ci. L’opposition nature/culture tente ici d’être invisibilisée le plus possible. Il est alors très facile de déceler une portée écologique à cette Odyssée sensorielle. Le spectateur est impliqué dans les décors en trois dimensions, et dans les spectacles de la faune et la flore auxquels il assiste. Il se rend compte ici de toute la richesse d’une planète alors en grave danger. La salle du cercle polaire explicite par exemple très bien le dérèglement climatique en projetant de régulières fontes de glace.

L’odyssée sensorielle témoigne logiquement de l’urgence écologique à laquelle notre monde fait actuellement face. La pédagogie est comme toujours essentielle pour que l’humanité progresse, même si ici progresser induit de revenir vers une conduite primitive, entretenant une réelle proximité avec cette planète que nous chérissons tant.

A voir jusqu’au 4 juillet 2022.

Visuel : Affiche

La Dame Blanche lance le « Festival En Voix ! »
Singulis et Simul, Frédéric Nauczyciel sur la route de l’extravaganza à l’Onde
quentin didier

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture