Expos

Expositions à Paris : derniers jours pour visiter

Expositions à Paris : derniers jours pour visiter

14 juillet 2015 | PAR Elodie Schwartz

Certaines expositions parisiennes vont bientôt toucher à leur fin. L’occasion pour la rédaction de Toute La Culture de vous faire une petite piqûre de rappel des dernières expos à visiter à Paris. On fonce !

 

 

1. Gaultier au Grand Palais

L’exposition présente des pièces inédites du créateur (haute couture et prêt-à-porter), créées entre 1970 et 2013. Elles sont accompagnées de croquis, archives, costumes de scène, extraits de films, de défilés, de concerts, de vidéoclips, de spectacles de danse et d’émissions télévisées. L’occasion rêvée de redécouvrir le parcours de cet autodidacte devenu un artiste incontournable de la mode.

Informations pratiques : Jean Paul Gaultier, 01 Avril 2015 – 03 Août 2015, Dimanche et lundi de 10h à 20h et du mercredi au samedi de 10hà 22h, Normal : 13 € et Réduit : 9 €

2. Bonnard au musée d’Orsay

Le musée d’Orsay consacre une rétrospective à Pierre Bonnard, peintre, graveur, sculpteur et illustrateur français. Pratiquant l’art sous des formes multiples, Bonnard a défendu une esthétique essentiellement décorative, nourrie d’observations incisives et pleines d’humour tirées de son environnement immédiat. En exposant ses oeuvres au musée d’Orsay, le directeur des expositions souhaite faire découvrir au public son art instinctif et sensible.

Informations pratiques : Pierre Bonnard, Peindre l’Arcadie, Musée d’Orsay, du mardi au dimanche, 9h30-18h, fermé les lundis, les jeudis : de 9h30 à 21h. Exposition temporaire jusqu’au 19 juillet 2015. Les infos

3. Hip hop du Bronx aux rues Arabes à l’IMA

Une exposition-événement à l’Institut du monde arabe, sous la direction artistique du rappeur Akhenaton, consacrée au mouvement Hip-Hop, devenu en une quarantaine d’années une culture universelle aux facettes multiples et souvent méconnues. Pour la première fois en France, la culture Hip-Hop s’expose (mais plus pour longtemps) en toute liberté. Depuis qu’il existe, le Hip-Hop est un genre subversif. Il est un véritable médium artistique d’expression sociale et politique pour la jeunesse.

Informations pratiques : 28 avril 2015 – 26 juillet 2015, du mardi au vendredi de 10h à 18h, nocturne le vendredi jusqu’à 21h30, samedi, dimanche et jours fériés de 10h à 19h à la salle d’expositions. Tarifs : de 5 à 10 euros. En savoir plus.

4. Les maitres de la sculpture Cote d’ivoire au quai Branly

Dans le sillage d’André Malraux, qui notait la prééminence de la sculpture parmi les arts africains, le musée du quai Branly zoome sur une région d’une grande richesse, la Côte d’Ivoire. Coupant court aux clichés simplistes à propos d’un art longtemps dit « primitif », l’exposition prend le parti de la complexité pour mieux montrer la diversité. Avec cette exposition intitulée « Les Maîtres de la sculpture de Côte d’Ivoire », le musée du quai Branly parvient avec brio à proposer un parcours aussi esthétique que pédagogique, dans le droit fil de sa mission initiale. (lire notre critique)

Informations pratiques : du 14 avril au 26 juillet 2015 au musée du quai Branly, 11h-19h. Durée : 1h30. Tarif : 5-7 euros. En savoir plus.

5. Velázquez au Grand Palais

Figure majeure de l’histoire de l’art, Diego Velázquez (1599- 1660) est sans conteste le plus célèbre des peintres de l’âge d’or espagnol. L’exposition met son œuvre en dialogue avec de nombreuses toiles d’artistes de son temps qu’il a pu connaître, admirer ou influencer. Elle se penche également sur la question des variations de styles et de sujets dans les premières compositions de Velázquez, le passage entre naturalisme et caravagisme, ainsi que son égale habileté à exécuter paysages, portraits et peintures d’histoire.

Informations pratiques : Velázquez, du 25 Mars 2015 au 13 Juillet 2015 au Grand Palais. Ouvert dimanche et lundi de 10h à 20h et du mercredi au samedi de 10h à 22h. Se renseigner.

6. Le Corbusier au centre Pompidou

Architecte et urbaniste visionnaire, théoricien de la modernité, mais aussi peintre et sculpteur, Le Corbusier a profondément marqué le 20e siècle en bouleversant la création architecturale et la façon « d’habiter ». Le Centre Pompidou invite le public à comprendre tout l’œuvre de cette grande figure de la modernité à travers la notion de proportion humaine, le corps humain s’imposant comme un principe universel définissant toutes les dimensions de l’architecture et de la composition spatiale.

Informations pratiques : Du 29 avril 2015 au 3 août 2015, tous les jours sauf le mardi, de 11h à 21h au Centre Georges Pompidou. Tarif : 11-14€. En savoir plus.

7. Yves Saint Laurent 1971 à la fondation YSL

La Fondation Yves Saint-Laurent revient sur LA collection du scandale, la collection Libération de 1971, dans une exposition du 19 mars au 19 juillet 2015. Marquée par la guerre, cette collection fait référence au Paris de l’Occupation, avec des jupes courtes et un maquillage appuyé. Violemment critiquée par la presse, la collection donne toute son ampleur au courant rétro qui envahira rapidement la rue. 28 des 80 modèles de cette célèbre collection sont à découvrir à travers une mise en scène originale.

Informations pratiques : du 19 mars au 19 juillet 2015 à la fondation Yves Saint Laurent. De 11h à 18h, fermé le lundi. Tarif : gratuit à 7 euros. En savoir plus.

8. Antonioni à la Cinémathèque

L’exposition déploie, en les confrontant, des extraits de films, des photographies témoignant du travail de création et de l’intimité biographique, des œuvres plastiques qui ont nourri le regard du cinéaste, qui fut peintre également, écrits et documents rares révélant la puissance de l’invention des formes et des songes, notes et images glanées et rassemblées selon les principes d’une collection dont la fascination érotique et les éblouissements des visages d’actrices se conjuguèrent avec la rigueur d’une méthode.

Informations pratiques : du 9 avril au 19 juillet 2015, du lundi au samedi 12h-19h, le jeudi jusqu’à 22h, dimanche 10h-20h à La Cinémathèque Française. Tarif : 8,5-11€. Plus d’infos.

9. Desdémone entre désir et désespoir à l’IMA

Pour écrire son Othello en 1604, William Shakespeare s’est remémoré la visite historique, quatre ans auparavant, de l’ambassadeur du Maroc Abd el-Ouahed ben Messaoud Anoun à la reine Elisabeth Ire. Ce personnage inspira donc l’auteur anglais pour son célèbre Maure de Venise. Deux siècles et demi plus tard, ce sera à Eugène Delacroix de se souvenir du Maroc pour évoquer cette fois-ci une Italie fantasmée, une Venise inconnue où se déroule la scène d’un drame baignée des couleurs du Titien.

Informations pratiques : du 26 mars au 26 juillet 2015. Ouvert du mardi au vendredi de 10h à 18h, le vendredi de 10h à 21h30 à l’Institut du monde arabe. Tarif : 4-8 euros. En savoir plus

10. L’épopée des rois Thraces au Louvre

En exposant pour la première fois plusieurs ensembles funéraires majeurs dans leur globalité et en confrontant ce matériel, en partie inédit, avec celui des cités grecques littorales, cette exposition propose une exploration de la Thrace antique à travers les différentes composantes du royaume odryse. La réunion, jamais opérée jusqu’ici, des objets de la tombe royale de Seuthès III et la magnifique tête en bronze du roi, seront le point fort de la présentation.

Informations pratiques : du 16 avril au 20 juillet 2015, tous les jours sauf le mardi, de 9h à 18h au Louvre. Tarif : 12€. Plus d’infos

Visuels : © Affiches officielles des expositions

Ambra Senatore, nouvelle directrice du Centre Chorégraphique National de Nantes
[Festival d’Avignon] Fabrice Sabre illumine les coulisses du spectacle
Elodie Schwartz

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *