Expos
[expo] « Splendeur des Han : l’essor de l’Empire Céleste » au musée Guimet

[expo] « Splendeur des Han : l’essor de l’Empire Céleste » au musée Guimet

02 novembre 2014 | PAR Sandra Bernard

Le musée Guimet poursuit sa programmation effrénée d’expositions. A peine quelques semaines après la fin de L’envol du dragon, voici les visiteurs invités à (re)découvrir l’art des Han, dynastie qui a succédée au premier empereur de Chine Qin Shi Huangdi (221-207 av. J.-C.) et qui, pendant les quatre cents ans de règne des empereurs Han, a fortement marqué le destin de la Chine et de sa culture. 

[rating=4]

Programmée dans le cadre de l’année de commémoration des 50 ans d’amitié franco-chinoise, cette exposition retrace de manière thématique l’histoire et la culture des élites Han. La fouille des tombes impériales étant proscrite, les œuvres présentées proviennent, dans leur immense majorité, des tombes princières et de notables de haut rang. C’est ainsi près de 200 œuvres, dont 60 chefs-d’œuvres provenant de nombreux musées chinois,qui sont présentées au public.

Terres cuites, bronzes, orfèvrerie, calligraphie, mais également objets usuels tels les outils agricoles, les armes et le textile retracent un panorama complet de la maîtrise technique des artisans chinois de l’époque et du raffinement de la culture chinoise, mais également des échanges avec les peuples voisins, belliqueux ou non.

Les figurines en terre cuite représentant hauts fonctionnaires, serviteurs, soldats et même animaux foisonnent dans la première partie de l’exposition. Il s’agit d’un héritage de la précédente dynastie et de la célèbre armée de terre cuite. La terre cuite est aussi le seul témoin restant de l’architecture Han, que ce soit avec les briques et tuiles, vestiges des palais disparus, reconverties dans les périodes plus tardives en encriers pour les lettrés, ou avec les maquettes polychromes de fermes et de palais découvertes dans les tombes.

Le travail du métal était également très avancé, comme l’indiquent le brûle parfum vaporeux et les vases de type Hu rappelant les techniques et décors des époques précédentes. D’autres pièces d’orfèvrerie témoignent des échanges avec les peuples voisins, en particuliers les peuples des steppes.

Autre marqueur des échanges culturels, les rares textiles conservés se parent de centaures ou de motifs exotiques. La route de la soie est, à ce titre, un dispositif diplomatique d’importance.

L’époque des Han est également une période de foisonnement littéraire restée dans les mémoires. La calligraphie de cette époque dite « du scribe » est toujours aujourd’hui un modèle du genre, étudié et admiré.

Outre les splendeurs présentées, cette exposition est également l’occasion de faire le point sur cinquante ans d’archéologie chinoise. L’on ne peut ainsi qu’évoquer le linceul de jade du roi de Chu. Un jade blanc, particulièrement brillant, dont le travail difficile pose toujours de nombreuses questions.

La scénographie est soignée et aérée. Elle s’ouvre sur un couple de lions gardiens côtoyant la contextualisation chronologique et géographique de l’époque Han. L’éclairage est direct mais doux. Les présentations sont succinctes et bilingues, permettant à tout un chacun de profiter de l’exposition et des œuvres.


[Expo] Splendeur des Han au musée Guimet par SB-Paris

Informations pratiques : 

Splendeur des Han : essor de l’empire Céleste, Musée Guimet, Du 22 octobre 2014 au 1er mars 2015, billet jumelé exposition temporaire et collections permanentes de 7€ à 9,5€

Commissariat MNAAG : Éric Lefebvre, conservateur et Huei-Chung Tsao, chargée de collections

Commissariat Art Exhibitions China : Zhao Gushan et Dai Penglun

Visuels :  ©Sandra BERNARD

Infos pratiques

[Live report] José González, Jungle et Caribou au Pitchfork Music Festival
Philippe Corcuff se demande si les années 1930 sont de retour
Sandra Bernard
A étudié à l'Université Paris Ouest Nanterre la Défense l'Histoire et l'Histoire de l'Art. Après deux licences dans ces deux disciplines et un master recherche d'histoire médiévale spécialité histoire de l'Art dont le sujet s'intitulait "La représentation du costume dans la peinture française ayant pour sujet le haut Moyen Âge" Sandra a intégré un master professionnel d'histoire de l'Art : Médiation culturelle, Patrimoine et Numérique et terminé un mémoire sur "Les politiques culturelles communales actuelles en Île-de-France pour la mise en valeur du patrimoine bâti historique : le cas des communes de Sucy-en-Brie et de Saint-Denis". Ses centres d'intérêts sont multiples : culture asiatique (sous presque toutes ses formes), Histoire, Histoire de l'Art, l'art en général, les nouveaux médias, l'art des jardins et aussi la mode et la beauté. Contact : sandra[at]toutelaculture.com

2 thoughts on “[expo] « Splendeur des Han : l’essor de l’Empire Céleste » au musée Guimet”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


    Soutenez Toute La Culture