Actu
« Six continents, ou plus » à découvrir au Palais de Tokyo

« Six continents, ou plus » à découvrir au Palais de Tokyo

30 novembre 2021 | PAR Barbara Pebrel

Venez découvrir la nouvelle saison « Six continents, ou plus » du Palais de Tokyo, du 26 novembre 2021 au 20 mars 2022. Une saison riche et prolifique qui vous propose une déambulation dans six expositions à la rencontre d’une cinquantaine d’artistes.

Ubuntu, un rêve lucide

Cette première exposition collective vous invite à une réflexion sur l’espace commun. Ubuntu, est un mot issu des langues Bantous du Sud de l’Afrique. Il n’existe pas d’équivalant en français. Ce terme regroupe des notions d’humanité, de collectif et d’hospitalité. Ubuntu traduit l’idée « d’une humanité dans la réciprocité » et a une place centrale dans les philosophies africaines.

L’exposition regroupe donc une vingtaine d’artistes autour de cette notion. Daniel Otero Torres interroge le statut des populations marginalisées dans ses objets d’art impressionnants entre sculpture, dessin et origami. Dans sa superbe installation, Grada Kilomba anime des images entre théâtre et photographie. Portée par un texte rédigé par l’artiste, cette installation hypnotique par sa douceur nous questionne sur la mémoire, les traumas, le racisme et le post-colonialisme. Sabelo Mlangeni nous ramène au quotidien et au partage dans sa magnifique série de photographies sur les moments intimes des communautés d’Afrique du Sud d’aujourd’hui.

Sarah Maldoror : cinéma tricontinental

Cette exposition est la première exposition rétrospective consacrée à l’œuvre de Sarah Maldoror. On y découvre les œuvres foisonnantes d’une cinéaste qui alternent entre fiction et documentaire. Son cinéma révolutionnaire et décolonial est anti-raciste et irrévérencieux. La scénographie un peu datée de cette monographique est intéressante mais nous noie un peu dans une trop grande quantité d’images et de films.

Maxwell Alexandre, New power

Cette installation immersive nous plonge dans le monde de l’art contemporain. Sur des grands panneaux en tissus, l’artiste peint des scènes de son quotidien qui se mêlent à des icônes de la culture populaire et à des signes de publicité. Il nous fait passer de salles de musée à des théâtres et attaque l’art contemporain, son marché, ses cubes et autres « lieux-blancs ». Ce travail politique et esthétique nous transporte dans un monde multi-facette.

Jonathan Jones, Sans titre (territoire originel)

Cette exposition vous met face à plus de 300 broderies faites à la main. Sur le modèle d’un herbier, l’artiste nous présente 300 spécimens de plantes collectées à Sydney lors de l’expédition française du Capitaine Nicolas Baudin en territoire austral entre 1800 et 1803. La scénographie impressionnante plonge le spectateur dans un herbier géant qui traduit en broderie une histoire coloniale.

Retrouvez également les expositions Jay Ramier, Keep the fire burning (gadé difé limé) et Aïda Bruyère, Never again, c’est une saison riche et passionnante à découvrir au Palais de Tokyo jusqu’au 20 mars 2022 !

Visuel : Affiche de la saison au Palais de Tokyo

Olivier Letellier nommé directeur des Tréteaux de France
Michel Hilaire : « Le musée Fabre comme un havre de paix, un lieu de culture et de délectation »
Barbara Pebrel

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture
Registration