Actu
Portrait : Melik Ohanian, lauréat du prix Marcel Duchamp 2015

Portrait : Melik Ohanian, lauréat du prix Marcel Duchamp 2015

26 octobre 2015 | PAR Kalindi Ramphul

Le célèbre Prix Marcel Duchamp, qui récompense chaque année un artiste français pour son travail novateur, s’est vu attribuer, samedi, au talentueux Melik Ohanian. Le jury a d’ailleurs annoncé : « depuis quelque vingt ans, il développe une œuvre personnelle fondée sur une attention particulière aux relations entre science, astrophysique et arts visuels« . Tout un programme.

Marcel Duchamp était un pionnier de l’art contemporain. C’est donc tout naturellement que le prix au titre éponyme revient chaque année à un artiste qui innove et dépasse les limites de la création. Il permet aux talents tapis dans l’ombre d’enfin en sortir pour briller, briller longtemps. Samedi, c’est donc le talentueux Melik Ohanian, artiste lyonnais, qui s’est vu remettre le prix tant convoité. Melik Ohanian a l’art fin et avant-gardiste. Le président du jury, Bernard Blistène, directeur du Musée national d’art moderne au Centre Pompidou,  a ainsi révélé : « Nourri d’une réelle culture de l’image, dans toute sa diversité, l’art de Melik Ohanian puise son inspiration dans les différentes procédurespropres au cinéma et aux techniques de projections contemporaines« . A l’occasion de la FIAC, l’artiste était venu présenter une oeuvre parfaitement novatrice : sept photographies montées dans des panneaux lumineux  et animés une seconde par minute par un changement d’état du Césium 133, élément chimique qui définit la seconde universelle dans les horloges atomiques. L’œuvre prend la mesure du temps qui passe inexorablement, ce temps que l’on subit mais que l’on aime aussi et qui pourtant cause fatalement notre perte. Melik Ohanian appréhende le réel différemment, sans fatalité mais avec poésie et intelligence…

L’artiste, âgé de 46 ans et vivant entre New-York et Paris, est représenté par l’excellente galerie Chantal-Crousel qui sélectionne toujours ses artistes avec soin et rigueur. Il avait déjà été primé lors de la dernière biennale de Venise et avait également pu montrer son travail lors de plusieurs expositions personnelles : Galerie Chantal Crousel et Palais de Tokyo à Paris, South London Gallery à Londres, De Appel à Amsterdam, IAC à Villeurbanne, Yvon Lambert à New York, Museum in Progress à Vienne, et Matucana 100 à Santiago du Chili. Il a également participé à de nombreuses expositions collectives dans le monde et en particulier aux Biennales de Sao Paulo, de Berlin et de Sydney en 2004, et aux Biennales de Moscou et de Lyon en 2005. Par ailleurs, le Musée national d’art moderne l’accueillera au Centre Pompidou pour une exposition personnelle prévue du 1er juin au 29 août 2016. On promet donc à cet artiste, une toute nouvelle popularité ainsi qu’un poids important dans le petit milieu de l’art contemporain.

Visuel : ©DR

Gallien l’envoûtant
L’empire de l’encre : calligraphies contemporaines japonaises
Kalindi Ramphul

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *