Actu

Clément Cogitore est le lauréat du Prix Marcel Duchamp 2018

Clément Cogitore est le lauréat du Prix Marcel Duchamp 2018

16 octobre 2018 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Il était l’un des quatre en lice pour le prestigieux prix, aux cotés de Mohamed Bourouissa, Thu-Van Tran et Marie Voignier.

«Son œuvre, forte de nombreux films, vidéos, installations et photographies témoigne d’un regard aigu sur les sujets les plus contemporains et s’empare de technologies hautement sophistiquées pour mettre en question le statut des images dans un monde gavé d’informations. Entre archaïsmes et récits apocalyptiques, The Evil Eye, conçu pour la présente édition, est apparu comme une synthèse et un aboutissement de recherches propres à une réflexion sur une société saturée de signes jusqu’à l’absurde.» a déclaré par communiqué Bernard Blistène, Directeur du musée national d’art moderne – Centre Pompidou.

Dans cette oeuvre, quittant le sable guerrier de Ni le ciel, ni la Terre, ainsi que la toundra russe du Braguigno que nous avons salué au BAL en 2016, Clément Cogitore touche juste avec son film léché, urbain et lynchien aux héroïnes belles et trop maquillées qui nous parlent de chasse aux sorcières et de survie dans des décors de gratte ciels froids et beaux. Une ambiance très #metoo qui interroge et résonne avec notre temps.

Né à Colmar en 1983, Clément Cogitore est représenté par la galerie Eva Hober à Paris et la galerie Reinhard Hauff à Stuttgart (Allemagne). Beaucoup ont eu l’occasion de saisir son sens de l’immersion et son rapport à la mémoire collective via les lieux du quotidien lors de la saison Enfance au Palais de de Tokyo.

Le prix, dont l’ICART, l’école du management de la culture et du marché de l’art,  est partenaire, offre à l’artiste une immense visibilité et une dotation de 35000 euros.

Ce n’est  d’ailleurs pas le premier prix qui récompense le talent de ce artiste à la fois vidéaste et plasticien. Lauréat en 2017 du prix Le BAL de la jeune création avec l’ADAGP, il a pu réaliser une exposition monographique au BAL. Mais également d’éditer un livre,  réaliser un film et de donner lieu à une création sonore sur France Culture.

L’exposition des quatre artistes est présentée au Centre Pompidou dans la galerie 4 jusqu’au 31 décembre 2018.

Visuel : ©Centre-Pompidou-P.Migea

Les vernissages de la semaine du 18 octobre
« Dorothea Lange, politiques du visible », le Jeu de Paume met à l’honneur la photographe américaine
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *