Expos

« Dorothea Lange, politiques du visible », le Jeu de Paume met à l’honneur la photographe américaine

« Dorothea Lange, politiques du visible », le Jeu de Paume met à l’honneur la photographe américaine

16 octobre 2018 | PAR Hugo Saadi

Le Jeu de Paume fait sa rentrée en honorant le travail de Dorothea Lange, grande figure de la photographie américaine du 20ème siècle connue pour avoir su immortaliser la pauvreté des américains au moment de la grande dépression. Mais à travers cette exposition, on y découvre également quelques séries photographiques moins connues.

« Dorothéa Lange, politiques du visible » se découpe en cinq parties classées chronologiquement de 1933 à 1957. Avec dans un premier temps ses séries mythiques sur la période de la grande dépression. On y retrouve donc des œuvres majeures à l’instar de Migrant Mother ou White Angel Breadline (on pense évidemment au roman de John Steinbeck, Les Raisins de la colère). Tout son travail réalisé pour la Farm Security administration à l’occasion de la politique économique du New Deal lancée par Roosevelt est également mis en lumière. Et la belle surprise de l’exposition repose sur la section 4 : « L’l’internement des citoyens américains d’ascendance japonaise » pendant la Seconde Guerre mondiale à la suite du bombardement de Pearl Harbor en 1941. Une série de photos étonnante et bluffante qui a été censurée jusqu’en 2006.

Les clichés de Dorothea Lange sont focalisés sur l’humain, son travail est engagé socialement. L’émotion est donc au rendez-vous, que ce soit lors des beaux portraits ou des scènes de la vie de ces migrants qui sont sans le sou, prêt à vendre leurs pneus de voiture pour se nourrir. Par ailleurs, l’exposition ne néglige pas les légendes, au contraire, elles sont de vrais témoignages et viennent renforcer la dimension historique de son travail.La photographe n’apparait jamais en tant que voyeuse, mais s’intègre toujours à ces familles et les notes laissées au moment de la prise de vue sont passionnantes à lire. La vidéo présentée au cours de l’exposition permet également d’appréhender davantage sa façon de travailler et de découvrir la force qu’animait cette femme. Elle nous livre des archives photographiques, et on assiste à un documentaire passionnant qui retrace toute cette période difficile pour une grande partie des États-Unis. À travers une centaine de tirages d’époque, des documents écrits et des projections, le Jeu de Paume revient avec justesse sur la carrière de cette photographe américaine et permet aux spectateurs de sillonner les routes américains en compagnie d’une grande artiste. À voir jusqu’au 27 janvier 2019.

Toutes les informations pratiques sur le site officiel.

visuels © The Dorothea Lange Collection, Oakland Museum of California.

Infos pratiques

Le Bellovidère
IRCAM
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *