Politique culturelle
La nouvelle « Madame Culture et Communication » de l’Elysée

La nouvelle « Madame Culture et Communication » de l’Elysée

02 septembre 2014 | PAR Megane Mahieu

Audrey Azoulay, 42 ans, est élue officiellement depuis le 1er septembre nouvelle conseillère culture et communication de l’Elysée en remplacement de David Kessler.

Fille d’André Azoulay, conseiller du roi Mohammed VI du Maroc, Audrey Azoulay s’arme d’un solide CV. Titulaire d’une maîtrise de gestion à Paris-Dauphine, passée par l’Institut d’Etudes Politiques de Paris et l’ENA, elle a notamment officié en tant que directrice déléguée du CNC (Centre nationale de la cinématographie et de l’image animée).

Un dossier phare de cette rentrée et qui risque de pleinement occuper la nouvelle conseillère : le statut des intermittents du spectacle, sujet épineux depuis des années mais qui s’est durci durant cet été 2014. En effet de nombreuses grèves ont ébranlé le monde culturel depuis juin suite à la proposition gouvernemental d’un nouveau régime d’assurance-chômage endommageant sérieusement le devenir des intermittents. Des événements culturels majeurs tel que le Festival d’Avignon furent au cœur de la tempête.

Deuxième dossier, peut-être moins médiatisé mais aussi capital : la place du cinéma français dans la production européenne et internationale. Il s’agit là de la survie de sa qualité et de son prestige, mais aussi de proposer des alternatives face à l’arrivée en France de la vague Netflix, géant américain de la VOD. En effet, un service d’abonnement aussi simple d’accès et d’utilisation pourrait, en plus de bouleverser le mode de consommation des films, perturber tout le système de création et de diffusion culturel en France…

Espérons que la connaissance aiguë en haute administration et du domaine de la culture d’Audrey Azoulay sache réconcilier le gouvernement, les acteurs du monde culturel et le public.

Visuel : P1100879 Paris Ier rue de Valois n°7 ministère de la culture rwkCC BY 3.0
Mbzt — Travail personnel

« Regarde-nous » : le premier extrait du nouvel album de Johnny Halliday est une ballade réussie
Arthur Harel, chorégraphe parisien invité de l’École de danse contemporaine de Montréal
Megane Mahieu

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture