Actu

Pierre Rissient, décès d’un grand cinéphile

Pierre Rissient, décès d’un grand cinéphile

07 mai 2018 | PAR Alexia Blick

Pierre Rissient, passionné de cinéma depuis toujours, est décédé à 81 ans. Tantôt producteur, tantôt programmateur ou découvreur de talents, il a marqué le 7e art. 

Il n’était pas connu du grand public et pourtant, il était l’une des grandes figures du cinéma, apprécié des ciné-clubs français. Affaibli depuis quelques années, Pierre Rissient s’est éteint à l’âge de 81 ans. C’est ce qu’a annoncé son ami réalisateur Bertrand Tavernier, sur twitter. 

Un amour inconditionnel pour le cinéma 

Amoureux de films américains, Pierre Rissient était entré au cinéma Mac Mahon des Champs-Elysées, en tant que programmateur. Peu à peu il s’était fait connaître dans le monde du 7e art, en devenant l’assistant stagiaire de plusieurs longs-métrages d’Henri Decoin, et avait en 1959 décroché le poste d’assistant réalisateur auprès de Jean-Luc Godard pour le film de la Nouvelle Vague « A Bout de Souffle ». 

Découvreur de talents 

Pierre Rissient, c’était le cinéphile de l’ombre qui a pourtant mis tant de personnalités en lumière. L’assistant réalisateur avait notamment contribué à faire découvrir Martin Scorsese et son film « Mean Streats » ou encore Jane Campion dans « La leçon de piano », film qui a obtenu la Palme d’Or en 1993 et dont il fut producteur exécutif. Grâce à lui, le cinéma asiatique a pu également être démocratisé en Europe, avec l’introduction au grand public de cinéastes tels que Hou Hsiao Hsien Chen Kaige ou Zhang Yimou. 

Cannes, l’histoire d’une vie 

« A ce grand ami de Cannes et cette grande figure de la cinéphilie », Thierry Frémaux, délégué général du Festival de Cannes a annoncé vouloir dédier cette 71e édition à Pierre Rissient. Le Festival avait d’ailleurs prévu de projeter « Cinq et la peau » dans sa section « Cannes Classics », film qu’il a réalisé en 1980. Comme pour rendre un hommage à celui qui fut le conseiller artistique du festival. 

Visuels : © Images libres de droit. 

Salle Gaveau, Emöke Barath et l’ensemble La Chimera dépoussièrent le baroque
Gustavo Dudamel et le Los Angeles Philharmonic, à l’ombre de Bernstein
Alexia Blick
Madame vernissages mais aussi mordue d'électro, de photos et d'archéologie! Laissons l'art nous envoûter...

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *