Actu
Philippe Quesne nommé directeur de la Ménagerie de Verre

Philippe Quesne nommé directeur de la Ménagerie de Verre

06 juillet 2022 | PAR Rachel Rudloff

La Ménagerie de Verre a annoncé hier dans un communiqué de presse que le metteur en scène et chorégraphe Philippe Quesne prendra la suite de Marie-Thérèse Allier, décédée en mars dernier, à la tête du lieu d’expérimentation et recherche artistique. 

Formé d’abord comme plasticien à l’Ecole Estienne puis aux Arts décoratifs de Paris, le metteur en scène Philippe Quesne se démarque par un parcours loin du répertoire classique, naviguant entre théâtre et performances organiques. Après des collaborations avec le palais de Tokyo ou le Hebbel am Uffer de Berlin, il participe à la programmation d’événements artistiques comme celle du Festival Jeune et Très Jeune Public de Gennevilliers. Parallèlement, il continue à mettre en scène des performances et des installations dans l’espace public.

Philippe Quesne à la tête des Amandiers

En 2014, il est nommé directeur du théâtre Nanterre-Amandiers, où il va avoir l’ambition de « réunir une famille d’auteurs du spectacle vivant : des chorégraphes, des plasticiens, des cinéastes… ». Suite à des difficultés avec le maire communiste de la ville, Patrick Jarry, qui lui reproche un travail « hors-sol », Philippe Quesne ne renouvellera pas son mandat . Malgré ce départ précipité, ces cinq années au CDN de Nanterre lui auront permis de renouveler le public, mais aussi de poursuivre l’expérimentation de son univers plastique. Il interroge notamment notre rapport à la nature et aux angoisses environnementales dans des spectacles comme, La nuit des taupes ou Farm Fatale qui allient poésie et rébellion. Ainsi, sa nomination à la tête de la Ménagerie de Verre n’étonne pas, Marie-Thérèse Allier l’ayant déjà désigné comme son « hériter artistique » : la sensibilité de l’artiste semble correspondre à l’ambition du lieu. 

La Ménagerie de Verre, un lieu d’avant-garde 

Ouvert en 1983, ce lieu d’effervescence artistique, décrit comme « laboratoire d’expérimentation de danse et de théâtre, se donne comme objectif […] d’être à la fois un lieu de rencontre et de création, […] de mixité, de recherche et de transversalité artistique, intellectuelle, et technologique. » La Ménagerie de Verre est donc un endroit de propositions et de créations nouvelles pratiques et formes esthétiques, qui « appartient aux artistes pour qui le corps est à la fois l’objet et le sujet de l’expérience, […] lieu de parole et d’écoute, en lien direct et intense avec son contexte, son environnement ». 

La programmation de ce lieu underground, qui accueille à la fois des résidences (comme celle d’Alexandre Roccoli pour l’année 2022), des festivals (Les Inaccoutumés) et des cours, n’a quasiment été faite pendant quarante ans par Marie-Thérèse Allier. Mais l’univers végétal et organique du metteur en scène, porté par sa sensibilité plastique n’aura pas de mal à trouver sa place dans cette « zone à défendre » culturelle, loin des conventions classiques. On imagine facilement le nouveau directeur garder cette ligne novatrice propre à cet endroit atypique au cœur de Paris et de l’avant-garde artistique contemporaine. 

 

Visuel : © Vivarium Studio

 

Thor : Love and Thunder le nouveau Marvel va-t-il à nouveau conquérir les fans?
Garorock, jour 4 : rétrospective
Rachel Rudloff

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture