Actu
Marie-Thérèse Allier n’est plus

Marie-Thérèse Allier n’est plus

28 mars 2022 | PAR Amelie Blaustein Niddam

A la Ménagerie de Verre, qu’elle avait fondée en 1983, elle n’a jamais lâché prise. C’est presque sur scène qu’elle est morte, à 91 ans, dans la nuit du vendredi 25 au samedi 26 mars, alors que le festival qu’elle a créé au début de ce siècle, L’Étrange Cargo, se déroule encore, plus étrange que jamais, jusqu’au 9 avril.

 

Nous sommes le mardi 15 mars. Elle est là, les cheveux frisés roux et lunettes noires. Elles protégeait ses yeux abîmés, qui pourtant n’ont jamais cessé d’avoir le regard le plus vif qu’il soit sur l’avant-garde chorégraphique et performative.

Elle est assise, dans le si chaleureux café de la Ménagerie, ce lieu, cette imprimerie, mais aussi garage transformé en studios de danse et en salle de spectacles.

Et tous et toutes, nous allons toujours nous asseoir à sa table, pour parler des pièces et prendre de ses nouvelles.  Ce 15 mars, elle se plaint, de son cœur qui ne bat plus comme avant et de ses difficultés à hisser sa jambe aussi haut qu’elle le voudrait dans ses cours de danse, qu’elle a repris récemment. En salle, elle était de côté, toujours sur sa chaise pliante et depuis ce 15 mars, nous ne l’avions plus revue. Nous nous faisions la réflexion ce 24 mars, lors de la première de Di Grazia, d’Alexandre Roccoli, chorégraphe associé à la Ménagerie : cela faisait « drôle » qu’elle ne soit déjà plus là. Elle est donc partie, dans la nuit, le jour suivant.

Il y a 39 ans, elle avait découvert ce lieu, au 12-14 rue Lechevin dans le XIe arrondissement de Paris. Un lieu qui, vraiment, est une ménagerie de verre, tout en angles, tout blanc, avec un puits de lumière. Un lieu unique où, dès le départ, se presse toute l’avant-garde.

Le lien avec la danse était une évidence pour Marie-Thérèse, qui a suivi dès cours très jeune, dès 5 ans. Et elle le rappelait tout le temps, à cette époque-là, il n’y avait pas de lieu pour la danse contemporaine, pour la jeune danse française précisément.

 

Elle a déniché jusqu’au dernier jour nombre de ceux qui sont aujourd’hui des inconfortables et ce talent avait été salué de façon institutionnelle en 2016, quand elle a reçu les insignes de la Légion d’honneur des mains d’Anne Hidalgo, à la Ménagerie.

On lui doit d’avoir découvert ou confirmé Jérôme Bel, Philippe Quesne, Daniel Larrieu, François Chaignaud, Yves-Noël Genod, Alain Buffard, Raimund Hoghe, Vincent Thomasset, Oliva Grandville et tant d’autres. 

 

Deux fois par an, ce studio de danse devenait par sa volonté la place to be des professionnels. Lors des Inaccoutumés et de l’Étrange cargo,  danseuses, danseurs, chorégraphes, metteuses en scène, metteurs en scène, programmatrices,  programmateurs et journalistes se pressaient dans le « Off ». Il y avait sous sa direction cette sensation folle de faire collectif. Le public de la Ménagerie se connaît, personne n’y est jamais seul.

Pour le moment, le temps présent est celui du souvenir et du recueillement, et les hommages fusent, les photos, les affiches dans tout le milieu de la danse. On se souvient que, en 2014, l’affiche des « Inac’s » représentait Marie-Thérèse Allier en petite figurine, toujours armée de ses lunettes noires, reproduite à l’infini. Espérons que son regard si pointu lui survive.

La Ménagerie est un lieu fragile, précaire, qu’elle a tenu de sa poigne pendant près de 40 ans sans jamais quitter la scène. Que deviendra-t-il sans elle ? C’est une autre histoire.

Les obsèques se dérouleront le jeudi 31 mars à 13h30 à la Coupole du Cimetière du Père Lachaise (Paris).

Visuel : Latitia Larralde

« Les Beaux gestes », retour sur 20 ans de Baro d’evel
La playlist toujours plus girly
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture