Actu
Lucien Clergue, photographe fondateur des Rencontres d’Arles, est mort

Lucien Clergue, photographe fondateur des Rencontres d’Arles, est mort

17 novembre 2014 | PAR Sarah Hamidou

Le photographe arlésien, à qui l’on doit la fondation du plus grand festival de photographie d’Europe, Les rencontres d’Arles, est décédé Samedi 15 Novembre  à 80 ans des suites d’une longue maladie. 

lucien

Lucien Clergue, que l’on connait pour avoir œuvré toute sa vie pour faire reconnaître la photographie comme un art, a pourtant découvert l’objectif par hasard. Employé d’une usine, c’est en autodidacte qu’il se met à prendre ses premiers clichés pendant son temps libre. Il photographie alors des carcasses d’oiseaux qu’il trouve sur les berges du Rhône, et alors qu’il n’a pas 20 ans, vient montrer au culot ses photos à Picasso qu’il croise à Arles lors d’une corrida. L’épisode marquera pour le photographe le début de sa carrière ainsi que le début de son amitié avec le peintre.

D’autres rencontres majeures viennent consolider le regard artistique du photographe. Il croise entre autres la route de Jean Cocteau, qui s’inspira des photos de Gitans de Clergue pour la décoration de la chapelle de Villefranche. Ces rencontres lui permettent une collaboration des plus productives pour la parution de son premier livre Corps mémorable en 1957. L’introduction, signée par Jean Cocteau, précède ses photographie qui sont accompagnées des poèmes de Jean Eluard. Et ce n’est autre que son ami Picasso qui en dessine la couverture. Ce livre sera perçu comme un premier pas vers la reconnaissance.

Pourtant, ce n’est qu’en 1960 que Clergue quitte l’usine pour se consacrer entièrement à la photographie. On y retrouve déjà ses motifs emblématiques que sont les nus féminins, osés pour l’époque, et leur esthétisation poussée à l’extrême. Mais aussi le portrait de saltimbanques et gens du voyage, les corridas, thème qu’il affectionne particulièrement. La reconnaissance l’attend rapidement aux Etats Unis, contrairement en France,  où il expose dès 1961 au MOMA (Museum of Modern Art) de New York grâce à Edward Steinchen, alors directeur du département de photographie. Cette expérience  sera pour lui un déclic, puisque la reconnaissance de la photographie en France devint dès lors son fer de lance.

Lucien Clergue devient un activiste de la photographie, qu’il tente de promouvoir et de légitimer comme un art,  ce qui reste une notion moquée à l’époque.  Ses premiers succès voient le jour en 1965, lorsqu’il propose à Jean-Maurice Rouquette, conservateur du musée Réattu à Arles, d’ouvrir un département de photographie.

Mais sa plus grande oeuvre reste sans doute la création en 1969 des Rencontres d’Arles, qu’il fonde avec l’aide de Jean-Maurice Rouquette et de l’écrivain Michel Tournier. Pensé initialement comme un festival local d’amateurs, l’énergie inépuisable de Lucien Clergues a fini par attirer les plus grands: Brassaï, William Eugène Smith,ou Robert Mapplethorpe pour ne citer qu’eux. En quelques années, Le rendez vous était devenu un incontournable et un acteur majeur de la diffusion de la culture photographique. En juillet 2014, le festival avait rendu hommage à son fondateur en lui dédiant une exposition à son honneur.

Lucien Clergue acheva la reconnaissance officielle  de la photographie comme art à part entière en contribuant également à l’ouverture de l’École nationale supérieure de la photographie, créée en 1982  dans sa ville natale.

 

 

Gagnez 1 CD ou un 1 LP de votre choix parmi la sélection novembre de Balades Sonores
2 milliards de dollars seront attribués à la rénovation des musées de Washington
Sarah Hamidou

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture