Actu
Le doyen du prix Renaudot Louis Gardel démissionne

Le doyen du prix Renaudot Louis Gardel démissionne

07 mai 2021 | PAR Léna Saint Jalmes

Louis Gardel, 82 ans, doyen du prix Renaudot, a annoncé jeudi 6 mai qu’il quittait ses fonctions. Le romancier veut laisser la place à une personne plus jeune.

« J’ai fait part à mes amis du Renaudot qu’à bientôt 82 ans il me paraissait sage de démissionner », explique Louis Gardel dans un communiqué transmis à l’AFP par son éditeur, le Seuil. Il a annoncé jeudi 6 mai qu’il quittait le Renaudot pour laisser la place à une plus jeune personne. L’écrivain rappelle qu’il a été le plus jeune puis le doyen du prix, mais avec « le même plaisir ».

Louis Gardel est surtout connu pour Fort Saganne, roman sur l’Algérie coloniale et le Sahara au début du XXe siècle. Il a été adapté en 1984 au cinéma. 

Un Renaudot au cœur de la tourmente

Depuis le scandale suscité par Le Consentement, où Vanessa Springora décrit sa relation adolescente avec Gabriel Matzneff quasiment cinquantenaire ans, le prix Renaudot est entaché. En effet, Gabriel Matzneff a remporté en 2013 le prix de l’essai pour Séraphin, c’est la fin ! Frédéric Beigbeder, l’un des jurés, assure que le prix avait été attribué par « compassion ».

En 2020, le Renaudot a fait l’objet d’enquêtes du Monde et du New York Times. Les deux médias ont remis en cause l’impartialité de ses jurés et l’opacité de son attribution. « Le jury qui choisira le lauréat du prix Renaudot de cette année est, à une personne près, celui-là même qui louait Gabriel Matzneff en 2013 » déclare même le New York Times. Louis Gardel a évoqué ce contexte, qui n’est pas ce qui l’a incité à partir, « j’ai préféré attendre afin que cette démission ne soit pas interprétée comme une défection au moment des attaques subies par le jury ».

Deux nouvelles auteures au Renaudot

A la suite de la démission de Louis Gardel, le jury a annoncé l’arrivée de deux autrices. « Les jurés du prix Renaudot se sont réunis ce jeudi et ont procédé à deux cooptations. Ont été élues aux sièges laissés vacants par Jérôme Garcin et Louis Gardel, Stéphanie Janicot et Cécile Guilbert », déclare dans un communiqué le président du jury, Georges-Olivier Châteaureynaud. Jérôme Garcin était, lui, parti il y a un an. Il déplorait « l’aberrante constitution d’un jury à 90 % masculin ». L’écrivain affirmait que sa place devait être « occupée par une femme ».

C’est chose faite ! La romancière Stéphanie Janicot et l’essayiste Cécile Guilbert viennent donc épauler ce jury qui ne comptait qu’une femme… Pour huit hommes ! Jusqu’alors, la seule jurée était Dominique Bona, membre de l’Académie française. Stéphanie Janicot, éditée chez Albin Michel, a décroché le prix Renaudot poche 2016 pour La Mémoire du monde : intégrale. Cécile Guilbert, a publié divers essais ainsi que trois romans.

Visuel : Attribution-ShareAlike 2.0 Generic (CC BY-SA 2.0)

Maxime Kurvers met les acteurs en scène à La Commune
Le feuilleton du Master de création littéraire : Extrait de Laure Mathieu
Léna Saint Jalmes

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture