Actu
« Foto », le nouveau festival photographique en plein air de Douarnenez

« Foto », le nouveau festival photographique en plein air de Douarnenez

29 juin 2021 | PAR Léna Saint Jalmes

Le festival « Foto », à Douarnenez (Finistère), expose les clichés de treize photographes, partout dans la ville. Des images des quatre coins du monde.

Pour une première, le festival de Douarnenez a vu les choses en grand. 148 photos sont exposées jusqu’au 26 septembre 2021 en plein air. Intitulé « Foto » (signifie « photographie » en breton), des clichés de treize photographes sont installés dans tout Douarnenez. On plonge dans des univers, des lieux et des esthétiques très différents.

Pour se faire, Françoise Fimbault, adjointe aux affaires culturelles a été aidée par deux partenaires : le festival de photos brestois Pluie d’images et le Club de la presse de Bretagne. L’entreprise Chancerelle, à travers la marque Connétable, apporte également un soutien financier.

Regards croisés sur l’environnement et la société

Le photographe Franck Seguin, rédacteur en chef du service photo de L’Équipe, amène les spectateurs dans ses explorations sous-marines. Il y a suivi l’apnéiste Guillaume Néry. Un quasi rendez-vous au centre de la terre pour découvrir les baleines de Tahiti, plonger dans les trous d’eau du Yucatán (Mexique), suivre les cachalots de l’Île Maurice et explorer une cité engloutie au large du Japon…

Yves-Marie Quéméner, d’origine Douarneniste, nous convie dans les foulées des coureurs d’Ultra Running. On les observe dans des paysages grandioses : la Vallée de la mort, Mont-Blanc, Réunion, Népal… Un tour du monde des coureurs de l’extrême en vingt photos.

Protéger la Terre

En Mongolie, un tiers de la population est encore nomade. Mais le réchauffement climatique entraîne une désertification progressive du pays. En quelques clichés exposés dans Futuristic Archaeology, Daesung Lee tente de recréer un petit musée ethnographique dans lequel ses personnages semblent vouloir entrer pour leur survie. Puis nous découvrons le golfe du Bengale (Inde), où Daesung Lee a photographié les derniers habitants de l’île de Ghoramara. Leur territoire est petit à petit submergé par la montée des eaux.

L’exposition itinérante Report’images regroupe 80 clichés de dix photoreporters. Parmi eux, Simon Cohen qui a suivi l’artiste argentin Ricardo Cavallo. Il peint les rochers à Saint-Jean-du-Doigt (Manche), depuis 15 ans. D’autres nous montrent leurs reportages au Pérou, au Burkina Faso ou encore dans le désert de Gobi. Flux migratoires et pollution rythment la vie de ces populations. Chaque reportages, composé de huit photos, est enrichi d’un podcast et d’une interview vidéo.

 
 
 
 
 
Voir cette publication sur Instagram
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une publication partagée par Simon Cohen (@simoncohen.photographe)

L’ensemble des parcours sont gratuits et l’office de tourisme propose des visites guidées.

 

Visuel : affiche.

Les accusations de viols contre PPDA classées sans suite
« My Zoé » de Julie Delpy, un film à la croisée des genres
Léna Saint Jalmes

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture