Actu

Disparition de Marceline Loridan-Ivens, retour sur sa vie « d’après »

Disparition de Marceline Loridan-Ivens, retour sur sa vie « d’après »

20 septembre 2018 | PAR Lisa Bourzeix

Marceline Loridan-Ivens, née de parents juifs polonais émigrés en France, rescapée d’Auschwitz et cinéaste française est morte le 18 septembre 2018.

L’écrivaine et cinéaste française s’est éteinte à 90 ans. A l’âge de quinze ans elle avait été déportée dans le camps d’Auschwitz-Birkenau où elle avait fait la rencontre notamment de Simone Veil avec qui elle avait gardé depuis d’étroits liens d’amitié. Son fils, Me Veil a d’ailleurs réagi : « C’était une camarade de déportation de maman, cet épisode de leur vie si difficile avait fait d’elles des amies indéfectibles ». Les réseaux sociaux déplorent cette disparition qui, en ce jour de Kippour, laisse un grand vide.

En 1961 elle se fait connaitre grâce à son monologue dans Chronique d’un été d’Edgar Morin et Jean Rouch. Elle est une des premières à témoigner de son expérience dans les camps et cet acte restera un événement marquant dans le cinéma français. Elle continuera d’ailleurs à témoigner de son expérience traumatique en faisant de la sensibilisation sur la Shoah dans les collèges et lycées.

Son premier documentaire Algérie, année zéro qu’elle réalise avec Jean-Pierre Sergent marquera ses débuts en tant que réalisatrice. Mais le tournant de sa carrière au cinéma a lieu lors de sa rencontre avec Joris Ivens, âgé de trente ans de plus qu’elle, qu’elle épousera et avec qui elle réalisera une série de documentaires comme 17ème parallèle ou encore Une Histoire de Vent. En 2003 elle sort La Petite Prairie aux bouleaux, une fiction qui sera la dernière de sa filmographie.

Mais le cinéma n’a pas été sa seule force de frappe. La littérature s’est aussi saisie du personnage et de son histoire singulière. En 2015 elle co-écrit Et tu n’es pas revenu avec Judith Perrignon, une lettre au père dans laquelle elles retracent ensemble la parcours de la déportation mais également la vie d’après. Début 2018 sort L’amour après dans lequel Judith Perrignon et Marceline Loridan se retrouvent et allient une fois encore leurs quatre mains. Les deux femmes se plongent dans le monde des souvenirs de la survivante grâce à des lettres, des mots des hommes qui ont marqué sa vie  » d’après « .


Visuel : CC BY-SA 3.0

Pascal Gauzes, fondateur de la Pijama Galerie, nous parle nouveau modèle de galerie et exposition inédite de Just Cage
Avec la mort de Jean Piat, c’est l’une des plus grandes voix françaises qui s’éteint
Lisa Bourzeix

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *