Actu

Alerte à la bombe, la rédaction du Soir évacuée

Alerte à la bombe, la rédaction du Soir évacuée

13 janvier 2015 | PAR Audrey Altimare

Dimanche, la rédaction du journal belge Le Soir a été évacuée suite à l’appel d’un individu déclarant, « ça va péter dans votre rédaction. Vous ne nous prenez pas au sérieux ». L’homme a depuis été interpellé et s’est révélé être connu des forces de l’ordre. 

Le journal belge francophone a été menacé d’un attentat dimanche en début d’après-midi. Suite à un appel leur annonçant « ça va péter. Vous ne nous prenez pas au sérieux », la rédaction a dû évacuer ses locaux de la rue Royale, au moment où 10 000 Belges défilaient dans les rues de Bruxelles lors de la « marche citoyenne contre la haine et pour la liberté d’expression ». Un peu plus tard, le journal apprenait qu’il s’agissait d’une fausse alerte.

Depuis l’homme a été identifié et contacté par Le Soir. Il s’agirait de Thierry Carreyn, ancien imprimeur de 53 ans. Son geste avait pour objectif d’arrêter la couverture médiatique de Charlie Hebdo, qui selon lui nourrirait « l’extrême droite ».

Même si la mise en accusation n’a pas été donnée de manière officielle par les forces de l’ordre, l’homme a déjà un casier judiciaire bien rempli. D’après le journal belge, Thierry Carreyn avait réussi à faire exploser une cabine téléphonique devant les locaux du parti d’extrême droite et nationaliste flamand Vlams Belang en 1999.

Une nouvelle fois, les rédactions ont fait preuve d’un bel élan de solidarité. Les Echos, le Tijd et le FSMA (autorité des services et marchés financiers belge) ont mis à disposition leurs locaux pour que Le Soir puisse continuer à travailler sereinement.

Depuis l’acte terroriste perpétré contre Charlie Hebdo, les attaques ou supposées attaques, visant des organes de presse se multiplient. Certes l’horreur du 7 janvier 2015 a réaffirmé l’amour que tout un chacun porte à la liberté, mais elle a aussi mis au premier rang de ce « champ de bataille » l’un des premiers acteurs qui oeuvre pour que cette dernière existe, le journaliste.

visuel: Le Soir

La Escuela, le beau projet de Guillermo Calderón
« C’est la faute à Rousseau ! », un coffret jeu très instructif
Audrey Altimare

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *