Cinema
Palmarès des Magrittes 2022

Palmarès des Magrittes 2022

13 février 2022 | PAR Romy Trajman

Les Magrittes du Cinéma 2022 –  fameux Césars estampillés belges – étaient de retour ce samedi à Bruxelles. Une cérémonie qui a récompensé les grands noms du plat pays, dans plus de 20 catégories. Palmarès.

Depuis 2020, dû à la gestion du Coronavirus, les Magrittes du cinéma avaient été absents, effacés. C’est long, deux ans. Cette année, du haut du Mont des Arts, la fête a recommencé – quasi comme avant -. Pas  de présentateurs pour la soirée, retransmise sur La Trois, ce samedi 12 février 2022, mais à la mise en scène, Nathalie Uffner, épaulée de sa troupe du TTO, dont les excellents Laurence Bibot et Charlie Dupont. Des Magrittes autrement, mais des Magrittes quand même ! Voici ce qu’il fallait retenir de la soirée.

Ovation pour Une vie démente et Un Monde

Record de nominations, Une vie démente d’Ann Sirot et Raphaël Balboni reçoit le trophée du meilleur film 2022 ainsi que le prix du meilleur scénario. Il rafle aussi le Magritte du meilleur acteur pour Jean Le Peltier et de la meilleure actrice pour Jo Deseure, celui des meilleurs décors, des meilleurs costumes et du meilleur second rôle, pour Gilles Remiche. Un sacré palmarès.

Egalement grand favori, Un Monde de Laura Wandel  (choisi pour représenter la Belgique aux Oscars) a gagné le doublé « meilleur premier film et meilleure réalisation ». Ses deux jeunes acteurs, Maya Vanderbeque et Günter Duret, ont reçu la statuette du meilleur espoir belge 2022 chacun dans sa catégorie ; féminin et masculin. Le Magritte de la meilleure actrice dans un second rôle est également allé à Laura Verlinden, qui incarne la maîtresse des deux enfants. Lire notre interview à  l’ACID, à Cannes. 

Autres gagnants de la soirée ; le meilleur film flamand a été remis Teodora Ana Mihai, pour La civil et celui du meilleur documentaire a été décerné à Petit Samedi, de Paloma Sermon-Daï, un portrait juste et sans fard de son frère, Damien Samedi, toxicomane qui tente de se libérer de ses addictions, sous le regard de sa mère.

Le meilleur court métrage de fiction est allé à Sprötch, de Xavier Seron tandis que le meilleur court documentaire a été décerné au jeune réalisateur Hippolyte Leibovici, pour Mother’s, 1er film  – de fin d’étude à l’INSAS –  d’une rare maîtrise sur le milieu Drag Queen d’un club Bruxellois.

Titane, de Julia Ducournau, a reçu le Magritte du meilleur film étranger en coproduction

La liste complète des lauréats 2022

  • Le meilleur film : Une vie démente, de Ann Sirot & Raphaël Balboni.
  • Le meilleur premier film : Un monde, de Laura Wandel.
  • La meilleure réalisation : Laura Wandel, pour Un monde.
  • Le meilleur scénario : Ann Sirot et Raphaël Balboni, pour Une vie démente.
  • Le meilleur documentaire : Petit Samedi, de Paloma Sermon-Daï.
  • Le meilleur film flamand : La civil, de Teodora Ana Mihai.
  • Le meilleur film étranger en coproduction : Titane, de Julia Ducournau.
  • Le meilleur court métrage de fiction : Sprötch, de Xavier Seron.
  • Le meilleur court métrage d’animation : On est pas près d’être des super héros, de Lia Bertels.
  • Le meilleur court métrage documentaire : Mother’s, de Hippolyte Leibovici.
  • La meilleure actrice : Jo Deseure, pour Une vie démente.
  • Le meilleur acteur : Jean Le Peltier, pour Une vie démente.
  • La meilleure actrice dans un second rôle : Laura Verlinden, pour Un monde.
  • Le meilleur acteur dans un second rôle : Gilles Remiche, pour Une vie démente.
  • Le meilleur espoir féminin : Maya Vanderbeque, pour Un monde.
  • Le meilleur espoir masculin : Günter Duret, pour Un monde.
  • La meilleure image : Ruben Impens, pour Titane.
  • Le meilleur son : Mathieu Cox, Corinne Dubien, Thomas Grimm-Landsberg et David Vranken, pour Un monde.
  • Les meilleurs décors : Lisa Etienne, pour Une vie démente.
  • Les meilleurs costumes : Frédérick Denis, pour Une vie démente.
  • La meilleure musique originale : Vincent Cahay, pour Adoration.
  • Le meilleur montage : Nicolas Rumpl, pour Un monde. 
  • Le Magritte d’Honneur : Marion Hänsel, à titre posthume, remis par Jane Birkin.

Crédit Photo : Teodora Ana Mihai ©MdC2022

L’Odeur des azalées m’a subitement fait suffoquer au Studio Hébertot
Paris Opera Competition : Anna Harvey, 1er prix et Julie Fuchs, marraine de l’événement reviennent sur l’édition 2022
Romy Trajman

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture