[Live report] DIIV au Trabendo

28 septembre 2016 Par
Bastien Stisi
| 0 commentaires

Quatre ans après la parution du très bon Oshin, et quelques mois après la fin des déboires extra-musicaux connus par le groupe pendant un bon moment (Zachary arrêté avec sa petite amie Sky Ferreira pour possession de came, bassiste qu’on fout dehors parce qu’il se montre homophobe et raciste, batteur qui, lui aussi, baigne un peu trop dans la drogue), les New-Yorkais de DIIV, forcément quand même un peu assagis après ces affaires-là, ont sorti en février et sans que l’on n’attende plus grand-chose d’eux l’un des indéniables meilleurs albums marqués « rock indé » (le terme est fourre-tout, alors fourrons-y plein de choses) de l’année. Le meilleur même, pour l’heure, et puisque l’on se sent d’humeur à faire des classements et à hiérarchiser les choses.